L’ISLE-SUR-LA-SORGUE (84) : cimetière

visité en juillet 2006
dimanche 10 février 2008
par  Philippe Landru

Ce petit cimetière, brûlé par le soleil quand je l’ai visité, présente des allées massives le long desquelles les tombeaux, imposants et serrés les uns contre les autres, font figures de forteresses familiales. La blancheur des sépultures (typique des cimetières provençaux) renforce une luminosité déjà pénible.

Dans l’allée n°1 du cimetière (à gauche de l’entrée, contre le mur) se dresse la sépulture familiale de René CHAR (1907-1988). Poète proche des surréalistes de 1929 à 1934, auteur du Marteau sans tête, cet indépendant obstiné s’en éloigne : son oeuvre devient celle d’un solitaire ne souffrant aucune compromission. Char est un homme d’action : il s’engage dans la Résistance et la chronique de cette époque qu’il écrit devient, en 1946, les Feuillets d’Hypnos.

La poésie de Char puise sans cesse dans le réel et dans la terre. Il est enraciné dans son pays natal et s’inspire abondamment de la Provence, de ses pierres, sa flore et sa faune. Mais ce côté bucolique n’est que l’apparence d’une recherche toujours plus rigoureuse de son état d’homme.

Il s’engagea tout le reste de sa vie dans un grand nombre de combats, en particulier les combats écologistes. Il fut inhumé dans son village natal.

Dans le même cimetière est inhumé le comédien René DARY (Anatole-Clément Mary : 1905-1974) : second rôle du cinéma français, il interpréta quelques rôles et fut en particulier le complice de Gabin dans Touchez pas au grisbi (1954). Il était l’incarnation parfaite du Français, petit, râleur bagarreur mais bon coeur, typique du cinéma des années 50.


Commentaires

Logo de GERALD
L’ISLE-SUR-LA-SORGUE (84) : cimetière
mardi 27 avril 2010 à 18h36 - par  GERALD

RENE DARY fut un bien sympathique commissaire MENARDIER qui se laisse aller à une certaine compassion et tendresse pour la vieille et vénérable diva « lady phonographe » alias Lady AUDWIN , mère du ténébreux et inquiétant Sir Williams, et compose un père touchant pour sa fille amoureuse du détective amateur André Bellegarde joué par Yves Régnier notre « Commissaire Moulin » qui conquit ses galons là, dans le feuilleton qui remua la France des années soixante inspiré du grand feuilletoniste ARTHUR BERNEDE, heureusement réédité et qui nous entraine dans un Paris mystérieux où rode le fantome enigmatique de BELPHEGOR. Jean -Paul Salomé n’a pas retrouvé la veine populaire et magique avec des seconds roles étonnants (Paul Crauchet , la grande Sylvie et son regard tranchant et froid comme un stylet , celle qui fut une« Vieille dame indigne » retrouve sa réussite de la mère campée dans « Thérèse Raquin ».

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?