Les cimetières marins

Article de Midi Libre - 02 novembre 2011
jeudi 3 novembre 2011
par  Philippe Landru

Et non, Sète n’a pas le privilège du Cimetière Marin… Malgré le célèbre poème de Paul Valéry, d’autres lieux d’éternité revendiquent leur appellation “marine”. Ainsi, trouve-t-on dans l’hexagone une flopée de cimetières marins (à ne pas confondre avec les cimetières à bateaux) à Colleville-sur-Mer, Douarnenez, Landevennec, Saint-Tropez, Toulon, Tréboul ou encore Saint-Michel-en-Grève.

Sur l’île de la Réunion également, à Saint-Paul, le cimetière marin présente la particularité, comme à Sète d’abriter la tombe d’un célèbre poète, Leconte de Lisle.

Quand bien même chaque cimetière a sa propre histoire, force est de constater que la référence à Sète et à Paul Valéry domine. En Corse par exemple, d’où était natif le père de Valéry, le cimetière marin de San Martino sur le Cap Corse revendique sa filiation avec le poète.

Ainsi est-il souvent avancé que c’est ce cimetière-là précisément qui aurait inspiré les vers du poème de Paul Valéry alors que le Sétois avait clairement écrit que son célèbre poème était sa seule œuvre basée à partir de choses vues dans le cimetière alors appelé Saint-Charles de Sète. Ce n’est en effet qu’à la mort du poète en 1945 que l’on parla de Cimetière Marin.

Toujours dans ce même esprit, l’histoire du cimetière marin de Socoa à Ciboure (Pyrénées-Atlantiques). “Socoa, Sète : même combat”, titrait récemment le quotidien Sud Ouest. Le cimetière qui s’appelait Bellevue a également été rebaptisé à la mort de Paul Valéry. « À Socoa, comme à Sète, on a l’impression que l’eau va monter sur les concessions à chaque coup de mer », raconte l’historien et élu municipal de Ciboure, Guy Lalanne.

Enfin, à Varengeville-sur-Mer, l’analogie entre le cimetière marin de Haute-Normandie et le Sétois s’inscrit pleinement dans une histoire de lettres et de poésie. Jérôme et Jean Tharaud, deux frères académiciens du cru, avaient ainsi consacré plusieurs textes aux charmes de leur sanctuaire.

« À pic sur la mer, dans un site d’où le regard découvre une longue ligne de côté en forme de faucille, des plages de galets, des plateaux de verdure qui règnent de très haut sur les vagues, des rivages lointains, qui prennent certains soirs des airs d’apparitions, une immense étendue de flots où la lumière dessine des royaumes de couleurs changeantes, le cimetière de Varengeville est un des plus beaux endroits du monde ». Rien ne vaut pourtant ce « toit tranquille où marchent des colombes/Entre les pins palpite, entre les tombes… ».


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?