HONFLEUR (14) : cimetière Sainte-Catherine

Visité en avril 2010
mercredi 5 mai 2010
par  Philippe Landru

Sur les hauteurs de la ville (mais n’offrant malheureusement pas une vue très intéressante sur elle), le cimetière Sainte-Catherine est le vieux cimetière de Honfleur. Il se présente désormais en deux parties (l’ancienne et la récente). C’est en haut de cette nécropole que sont rassemblées les tombes les plus anciennes, et parmi les plus intéressantes.

Honfleur fut une destination privilégiée des peintres dès le XIXe siècle, et les lumières de ce coin de Normandie furent fondamentales dans l’expérimentation de ce qui allait devenir l’impressionnisme. Assez naturellement, beaucoup de peintres peuplent le cimetière.


Curiosités


La statuaire est peu présente dans ce cimetière. On notera cependant :

- la belle tombe du conseiller municipal Drouant,

- le gisant néogothique du chanoine Caudinne (mort en 1868),

- Un médaillon en bronze sur la tombe Pieddefer par P. Monlord.


Célébrités : les incontournables...


On le sait, l’acteur Michel Serrault avait été inhumé dans ce cimetière (il demeurait dans la commune limitrophe de Vasouy). Son corps fut néanmoins transféré plus tard au cimetière de Neuilly, auprès de sa fille et de son épouse. Plus rien ne subsiste de sa présence ici, pas même la croix qui recouvrait sa dernière demeure.

De très nombreuses tombes Allais et Satie nous rappellent qu’Alphonse Allais et Erik Satie étaient originaires de la ville, mais c’est ailleurs qu’il faudra trouver leur sépulture (le premier au cimetière parisien de Saint-Ouen, le second à Arcueil).


... mais aussi


- Adolphe Félix CALS (1810-1880) : peintre, il exposa en 1863 au Salon des refusés au côté des Monet, Degas, Pissarro. Influencé par Jean-Baptiste Camille Corot et Johan Barthold Jongkind, il travailla dans des tonalités plus grisées, moins fauves, se rapprochant d’avantage des impressionnistes. Partagé entre Paris et Honfleur depuis 1871, Cals peignit le port, la mer et les métiers de la mer. A l’invitation de Monet il participe à la première exposition des impressionnistes en 1874 puis 1876, jusqu’en 1881. Il était le plus agé de cette nouvelle génération de peintres, et certains le considèrent comme le véritable inventeur de l’impressionnisme. Il constituerait ainsi le chaînon manquant entre Corot et l’impressionnisme éclatant. Un médaillon en bronze par E. Godin orne sa tombe, restaurée récemment par la Société des amis du musée Eugène-Boudin.

- Lucie DELARUE-MARDRUS (1874-1945) : poète et romancière, elle décrivit avec sensibilité dans son Ex-Voto le milieu et la vie des pêcheurs honfleurais au début du siècle. Auteur prolifique, Lucie Delarue-Mardrus a écrit plus de soixante-dix œuvres parmi lesquelles on trouve des romans, des poèmes, des biographies, ses Mémoires et des pièces de théâtre. À ceci, il faut ajouter des chroniques hebdomadaires, des critiques littéraires ou musicales, des contes, des nouvelles et des récits de voyage parus dans la presse. Elle se révèla peintre de la vie intime et de la nature dans ses recueils de poèmes et ses récits (le Roman de six petites filles...). Elle a laissé également des pièces (Sapho désespérée).

- Le peintre aquarelliste Gaston GIRAULT (1913-1974).

- Le peintre figuratif André HAMBOURG (1909-1999), auteur de paysages, et de marines. Lithographe, dessinateur, décorateur, il voyagea beaucoup et rapporta de ses séjours de nombreux dessins préparatoires pour illustrer des ouvrages de bibliophilie, notamment sur la Normandie et ses plages, la Provence et ses marchés, et l’Afrique du Nord. Peintre officiel de la Marine depuis 1952, il partageait sa vie entre la côte normande et Saint-Rémy-de-Provence.

- La peintre Cécile JUBERT (1885-1979)

- Léonard Bernard MOTARD (1771-1852) : admis sur les vaisseaux du Roi en qualité de volontaire à l’âge de 15 ans, il fut nommé officier en 1793. Il combattit en Méditérranée, fut blessé et fait prisonnier à Aboukir. Libéré, il combattit ensuite à Saint Domingue. Nommé capitaine de vaisseau, il commanda la « Sémillante » et prit part à la célèbre campagne des Mers de Chine. En 1809 il fut nommé baron et prit le commandement de l’école spéciale de Marine de Toulon. Il fut mis à la retraite avec le grade de contre-amiral en 1814. Sa tombe est ornée d’une belle ancre de marine.

- Le peintre paysagiste Charles POLLACI (1907-1988). Dans la sépulture familiale est déjà indiquée l’identité du peintre Claude ALACIO (Claude Pollaci : né en 1942).

- Le peintre Francis VENDEUGE (1944-2007).


Commentaires

HONFLEUR (14) : cimetière Sainte-Catherine
mardi 6 décembre 2011 à 19h04

Charles Pollaci with an i not an e

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?