CHÂTILLON (92) : cimetière

visité en octobre 2007
mercredi 31 décembre 2008
par  Philippe Landru

Le cimetière ancien de Châtillon était installé jusqu’ en 1826 au sud-est de l’église paroissiale saint Philippe et saint Jacques. L’actuel cimetière fut ouvert en 1827 route de Clamart, devenue aujourd’hui rue Pierre Brossolette. Il fut agrandi en 1876, puis à nouveau en 1898.

Sa configuration est à taille humaine. Peu de choses à y voir, mais la commune a conservé une division de tombeaux anciens qui rend sa visite agréable.

Curiosités

-  A gauche de l’entrée, un monument élevé par les architectes Hersant et Maréchal à la mémoire des 55 soldats français morts dans la redoute du fort le 19 septembre 1870. Elevé en 1876, il fut inauguré en 1893.
-  Quelques oeuvres d’art dans ce petit cimetière :

    • le médaillon en bronze de Suzanne Berchot, oeuvre de H. Calvet.
    • Le joli tombeau de la jeune Marguerite Genestal : une couronne de marguerites en céramique autour du médaillon en bronze de Grégoire Calvet. Le tombeau en lui même est composé de motifs géométriques en mosaïque et carreaux de grès.
      -  Le monument du capitaine Louis Jully est richement orné (croix ornée d’ une épée à pommeau à tête de coq sculptée ; roses en mosaïque) mais en fort mauvais état.

Célébrités : les incontournables...

-  Léo MALET
-  Théodore MONOD

... mais aussi

-  Le statuaire Gabriel COQUELIN (1851-1927), ancien professeur aux Beaux-Arts de Rennes, dont le musée de Châtillon possède plusieurs oeuvres. Il fut l’auteur du médaillon en bronze qui orne sa tombe et qui représente son père.
-  Ernest-Charles LASÈGUE (1816-1883) : impressionné par une leçon d’Armand Trousseau, cet étudiant en lettres et en philosophie se tourna vers la médecine, encouragé dans cette voie par Claude Bernard avec lequel il partageait sa chambre d’étudiant. Devenu médecin, il fut l’assistant et le collaborateur de Trousseau avec qui il signa de nombreux travaux. il fut ensuite nommé médecin à l’Hôpital de la Salpêtrière, puis à la Pitié et enfin à l’Hôpital Necker où il occupa le poste de professeur de médecine clinique de 1869 à sa mort. Son héritage est important : Il considérait la physiologie et la psychiatrie comme complémentaires l’une de l’autre, et portait un intérêt particulier aux troubles psychosomatiques. Il donna l’une des premières descriptions de l’anorexie mentale et du délire de persécution. En psychiatrie, Lasègue pensait que par l’étude de l’histoire du patient, la cause de sa maladie mentale pouvait être retrouvée. Selon lui le rôle des attitudes parentales et des interactions familale était primordial. Son nom reste attaché à un signe clinique observé dans la névralgie sciatique. Il repose sous un tombeau orné d’un médaillon en bronze de Charles Desouches. Pour plus d’informations, je renvoie au site de mon ami Michel Caire, psychiatre et passionné de cimetière.
-  Léonard MAFRAND (1857-1937), qui fut maire du XIVe arrondissement de Paris.
-  L’éditeur Charles Aristide PERROTIN (1796-1866), ancien soldat de la Grande armée qui fut l’ami, l’éditeur et l’exécuteur testamentaire de Béranger. Sa tombe est ornée d’un médaillon en bronze par Adam-Salomon.


Commentaires

CHÂTILLON (92) : cimetière
lundi 3 novembre 2014 à 23h40

A noter la présence de la simple tombe de monsieur Francis de Hault de Préssencé (1853 1914).Ce diplomate fut également journaliste, député et dreyfusard convaincu. Une rue du 14 ème arrondissement de Paris porte son nom. Bien à tous.Pelucchi.

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?