SARLAT-LA-CANÉDA (24) : cimetière

Visité en avril 2007
mercredi 31 décembre 2008
par  Philippe Landru

Il y a dans le cimetière de Sarlat une sensation de gâchis, un peu à l’image de la ville : la base était bonne, très bonne même, mais à vouloir créer un paysage lêché, où rien ne dépasse, on a fait de cette magnifique commune du Périgord une touristière dont on a bien du mal à sentir l’âme.

Idem pour le cimetière : on sent des reprises un peu trop anarchiques. Les survivantes sont « mises en scène », mettant essentiellement en valeur la pyramide de Fournier. Désolé, mais ça ne marche pas : quoiqu’on en dise, les dalles modernes ne vaudront jamais les vieilles pierres, fussent-elles un peu bancales, pour donner du charme à un cimetière. Sans compter quelques tombes modernes dont le mauvais goût n’a d’égal que les sommes investies pour les réaliser. Dans la partie plus moderne, l’habitude locale est de protéger les tombeaux sous des auvents vitrés : leur surabondance donne au cimetière des allures de serres ! Ajoutons à cela l’absence quasi-totale de végétation...

On l’aura compris : je n’ai pas été séduit par le cimetière de Sarlat (et je l’ai pourtant visiter un jour de magnifique soleil !). La critique est sans-doute d’autant plus dure que j’y avais mis pas mal d’espoir.

Curiosités

- Peu de chose finalement. Statuaire et oeuvres sont quasiment inexistantes.

Célébrités : les incontournables...

Aucune

... mais aussi

- Le général Firmin DEGOT (1861-1928), qui fut commandant militaire en Tunisie, et qui repose sous un petit obélisque.

- François FOURNIER « SARLOVEZE » (1773-1827), qui est la grande gloire de la ville. Général d’Empire français, il s’illustra dans des charges mémorables aux batailles d’Eylau et de Friedland, servit ensuite en Espagne puis en Russie où il se fit à nouveau remarquer, ce qui lui valut le titre de baron d’Empire (qu’il perdit peu après, suite à une altercation verbale avec Napoléon). Restant en retrait durant les Cent Jours, il fut fait comte d’Empire par Louis XVIII. Il repose sous une monumentale pyramide qui reproduit, sur ces différentes faces, ses faits de gloire. Il rédigea lui-même l’épitaphe qui orne la porte du tombeau : Ici fut inhumé François Fournier surnommé Sarloveze, général français. Il était fils de Jean Fournier et de Marie-Anne Borne, commerçants. Le bas-relief en bronze le figurant de profil qui ornait sa tombe ne s’y trouvait plus lors de ma visite.

- Le docteur Pierre SARRAZIN (1854-1931), qui fut maire de la commune de 1889 à 1924 et député de la circonscription de 1896 à 1919.

On ne saurait terminer un article sur le patrimoine funéraire de Sarlat sans mentionner l’existence dans le centre ville, au chevet de l’église qui était l’ancien cimetière de la ville, d’une étonnante et très belle tour des morts du XIIe siècle.


Post Scriptum :

La photo du bas-relief en bronze provient du site des monuments napoléoniens de Dominique Timmermans (http://users.skynet.be/Empire/Napoleon1er/index.htm)


Commentaires

Logo de Bosque
SARLAT-LA-CANÉDA (24) : cimetière
dimanche 20 mai 2018 à 09h52 - par  Bosque

Le général comte Fournier-Sarlovèze est enterré dans sa ville natale sous une pyramide. Un médaillon qui avait été dérobé a été reposé en 2014. Il repose près de Henri Sanfourche (1775-1841), aide de camp du général Hugues Charlot connu au siège de Toulon, à la reprise de la hauteur de l’Arène, dont l’ennemi s’est momentanément emparé. Dans ce combat, il enlève le général anglais Charles O’Hara officier de l’armée britannique qui participa à la Guerre d’indépendance des États-Unis. Le général comte Fournier-Sarlovèze et Henri Sanfourche les 2 amis qui peuvent continuer à se côtoyer et a parler du passé.
Charles O Hara qui en 1781 à la bataille de Yorktown, c’est lui qui remet, en signe de reddition, l’épée du lieutenant-général Charles Cornwallis. Il est représenté au cinéma le Général Charles O’Hara Le commandant en second du général Charles Cornwallis Représenté par Peter Woodward dans le film The Patriot en 2000 avec Tom Wilkinson, Jason Isaacs, Mel Gibson .....

Site web : Bosque
Logo de Véronique Denis
SARLAT-LA-CANÉDA (24) : cimetière
jeudi 3 septembre 2015 à 12h31 - par  Véronique Denis

Je veux juste signaler que dans le cimetière, sont enterrés les grands-parents de l’écrivain Christian Signol (il décrit si bien la vie de ses grands-parents à La Brande dans ce merveilleux livre « Adeline en Périgord »)

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?