ROUSSEAU Jean-Jacques (1712-1778)

Panthéon
lundi 25 février 2008
par  Philippe Landru

Ecrivain et philosophe genevois, il se lia après une jeunesse errante avec Diderot et collabora à l’Encyclopédie. Il exalta dans son œuvre (l’Emile, les Rêveries du promeneur solitaire, les Confessions...) les bienfaits d’un retour à la vie naturelle, la préservation de l’ingénuité de la sensation première, et le bonheur d’une vie campagnarde saine.

Accueillit dans le château de Louis-René de Girardin, il y mourut très rapidement et fut inhumé dans l’île des peupliers du parc à fabriques de son protecteur (actuelle commune d’Ermenonville dans l’Oise).

JPEG - 41.3 ko
Île des peupliers - tombeau de Rousseau de 1778 à1794.

Il fut transféré en 1794 dans la crypte du Panthéon, un endroit qu’à l’évidence il aurait détesté, et fut placé en face de celui dont il s’était plaint durant sa vie d’être la victime, Voltaire. Ce transfert fut l’un des actes symboliques les plus imbéciles de son histoire.

Une main tenant une torche semble sortir de son sarcophage, sur lequel est inscrit Ici repose l’homme de la nature et de la vérité.


Commentaires

Logo de Un professeur de culture générale
ROUSSEAU Jean-Jacques (1712-1778)
vendredi 19 octobre 2012 à 02h04 - par  Un professeur de culture générale

Mais de quel droit violer ce qu’on sait être les dernières volontés d’un mort qui fut un homme aussi illustre ?? Le Panthéon, et face à Voltaire ! Il a dû se retourner ds sa tombe... Quel sacrilège de sa mémoire (bien que là où il est, il s’en moque comme de l’an 40). Remarquez, vu l’époque de foldingues que ns traversons, il vaut mieux qu’il ne voit pas le massacre... :-O