L’ISLE-JOURDAIN (32) : cimetière de Cassemartin

visité en août 2021
dimanche 12 décembre 2021
par  Philippe Landru

Le cimetière présenté ici n’est pas celui du bourg de l’Isle Joudain, mais celui du hameau de Cassemartin. Il s’agit d’un minuscule cimetière autour de son église, dominant le paysage environnant.

Y repose Joseph BARTHÉLEMY (1874-1945) : fils d’un maire radical de Toulouse, il enseigna le Droit à la faculté de Montpellier puis, à partir de 1914, occupa la chaire de droit constitutionnel à la faculté de droit de Paris, ainsi que celle d’histoire parlementaire et législative à l’École libre des sciences politiques. Député de droite modérée du Gers de 1919 à 1928, il défendit avec son collègue de groupe Paul Reynaud une politique moins dure vis-à-vis de l’Allemagne. Délégué de la France à l’assemblée de la Société des Nations à Genève en 1922 et 1923, il fut élu membre de l’Académie des sciences morales et politiques en 1927. Economiquement libéral, il est très hostile au Front Populaire. Face à la guerre d’Espagne, il s’opposa fermement à tout soutien de la France au gouvernement républicain, opposant légalité et légitimité. Il alla jusqu’à comparer les insurgés franquistes aux Américains révoltés contre l’Angleterre en 1776, et dénia aux socialistes ou, a fortiori aux communistes, tout droit à gouverner légitimement, même s’ils avaient obtenu l’appui d’une majorité des suffrages exprimés lors d’élections libres. Il pencha de plus en plus vers une solution autoritaire, se lamentant sur un passé rêvé et idéalisé, ce qui le conduiqit à défendre des positions franchement réactionnaires.

Rallié au régime de Vichy, il fut ministre de la Justice du 27 janvier 1941 au 26 mars 1943. Comme membre du gouvernement, il fut l’un des signataires de la loi sur le Statut des Juifs du 2 juin 1941 : il affirma avoir « le cœur fendu face à tant de situations individuelles » douloureuses créées par le statut des Juifs, mais il n’en justifia pas moins ces mesures au nom des arguments ordinaires de l’antisémitisme répandu dans les années précédentes : les Juifs refuseraient de s’intégrer, et seraient même responsables de la défaite de 1940 et du « dépérissement de la nation » qui l’obsède depuis 1936. Il fut également l’un des signataires avec Abel Bonnard de la loi sanctionnant les actes homosexuels commis sur un mineur (vingt-et-un ans à l’époque), alors que la majorité hétérosexuelle était alors à treize ans (cette loi fut abrogée en 1982 seulement). Devenu gênant par ses réticences croissantes à l’égard de la politique de Laval, Joseph Barthélemy fut remplacé par Maurice Gabolde. Inculpé à la Libération, il fut incarcéré à Auch. Au cours de l’épuration, son dossier fut instruit par la Haute cour de justice, mais il mourut d’un cancer en mai 1945, avant la fin de la procédure judiciaire.


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?