BEAUNE (21) : cimetière

visité en août 2020
dimanche 15 novembre 2020
par  Philippe Landru


On trouve peu de choses sur ce cimetière sur Internet, qui possède pourtant de grands pans de l’histoire de la ville et de la Bourgogne. Sur un site quelconque, le cimetière a conservé un grand nombre de tombes anciennes du XIXe siècle dont certaines sont aujourd’hui difficilement lisibles, rendant la visite particulièrement ardue. Contre le mur nord-ouest du cimetière, les divisions K et L contiennent un grand nombre de tombes anciennes appartenant aux familles notables de Beaune, en particulier certains propriétaires de domaines viticoles connus ou de dynasties militaires (Bouchard, Courtot de Cissey, Jaffre Lavirotte, Boisseaux...). On trouve un nombre limité d’oeuvres d’art.


Curiosités


JPEG - 43.9 ko
Une plaque contemporaine indique la présence d’un « lot d’ossements mérovingiens découverts lors de fouilles menées à Beaune sur le site de Saint-Etienne en 1988 ».
JPEG - 28.1 ko
Tombeau de Louis Bahezre de Lanlay (+1885)
Sa vie ne semble pas avoir été facile puisque son épitaphe proclame "Déiste, bienfaiteur de divers hospices, déshérité, méconnu par mes proches, honni par les méchants, blâmé par tous, content si nul ne voit mes funérailles !
JPEG - 28.8 ko
La colonne du médaillé de Saint-Hélène François Trémeaux (1781-1863), qui fit toutes les grandes campagnes napoléoniennes puis l’Algérie.
JPEG - 39.8 ko
Contre un mur, un espace où reposent « les soldats du 16e chasseurs (à cheval) décédés pendant leur service militaire : 1892 - 1926 »
JPEG - 35 ko
Au cœur du carré militaire du cimetière de Beaune que se dresse un monument inattendu. Sur le monument est gravée l’inscription Aux 18 soldats indochinois morts en défendant la ville de Beaune les 17-18 juin 1940. Ce lieu rappelle le souvenir des troupes coloniales engagées aux côtés de l’armée de métropole.

JPEG - 27.3 ko
Sépulture Cadoux
JPEG - 21.4 ko
Médaillon en bronze de Paul Bouchard (il fut maire de Beaune) par Henri Bouchard.
JPEG - 28.8 ko
Tombe du pharmacien Emile Caucal


Célébrités : les incontournables...


Aucune


... mais aussi


- L’archéologue Joseph BARD (1803-1861), qui fut inspecteur des monuments historiques à partir de 1834. Il se fit connaître pour son conservatisme et son refus de tout type de progrès industriel.

- Le peintre Edouard DARVIOT (1859-1921), qui laissa un grand nombre d’œuvres dont des études africaines, des tableaux religieux et des portraits.

- Le Compagnon de la Libération Louis DUPUIS (1921-1944). Rallié à la Résistance en 1940 à l’âge de 19 ans, il conduisit ses tirailleurs avec succès dans les combats de Libye et d’Egypte en 1942. Cité pour les opérations d’El Alamein, il prit part à celles de Tunisie en mai 1943. Après la campagne d’Italie, il débarqua en Provence mais fut tué par une balle explosive à Hyères. D’abord inhumé au cimetière de La Londe les Maures dans le Var, il fut ultérieurement transféré ici.

- L’écrivain et poète Xavier FORNERET (1809-1884), qui dilapida le patrimoine familial en menant une existence de marginal excentrique. Sa fortune lui permit de publier lui-même ses ouvrages à compte d’auteur et de faire représenter son théâtre à ses frais, sans jamais rencontrer le succès. Représentant une tendance frénétique du romantisme français, son œuvre a été tirée de l’oubli par les surréalistes, qui le rapprochèrent de Lautréamont et de Raymond Roussel. Il fut considéré par André Breton comme un précurseur de l’écriture automatique et un maître de l’humour noir. Sa tombe a été relevée au début du XXe siècle.

- Armand GOUFFÉ (1775-1845), qui fut poète, chansonnier et vaudevilliste. Plusieurs de ses chansons furent longtemps populaires.

- L’ingénieur aéronautique Edouard JOLY (1898-1982), qui fut le créateur des avions Jodel.

- Louis Vivent Charles MASSON (1858-1931), qui fut conservateur du musée du Luxembourg.

- Le peintre Hippolyte MICHAUD (1823-1886), qui vécut dans la misère à Paris, survivant en peignant des portraits et des scènes de genre. Il exposa pour la première fois au Salon de 1846. Vers 1864, il fut nommé conservateur du musée des beaux-arts de Beaune, puis ouvrit en 1871 un cours de dessin appliqué aux arts industriels et de modelage pour adultes. Sa tombe est ornée d’un médaillon par Edouard Fraisse.

- Le peintre paysagiste Félix-Jules NAIGEON (1855-1904), qui fut un temps l’élève de Gerôme. Il peignit beaucoup Beaune et sa région mais également des paysages bretons ou du Maghreb. Il se suicida.

- Le poète symboliste Adolphe RETTÉ (1863-1930), qui évolua de l’anarchisme au catholicisme.

- Le juriste Raymond SALEILLES (1855-1912).

- Le physicien Antoine Benigne SUREMAIN de MISSERY (1767-1852). Membre de diverses sociétés savantes, il fut l’un des membres fondateurs de la Société d’Histoire, d’Archéologie et de littérature de Beaune. Il rédigea de nombreux ouvrages sur les sciences mathématiques et physiques.

- L’architecte Edmond THOUMY (1867-1924).


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?