BUBRY (56) : cimetière Saint-Yves

Visité en janvier 2010
vendredi 1er juin 2018
par  Philippe Landru

Saint-Yves est un hameau de Bucry qui possède, derrière la chapelle du même nom, son cimetière. Celui-ci ne doit pas être confondu avec le cimetière communal de Bubry.

Ce hameau doit son nom à la présence de la chapelle Saint-Yves, reconstruite en 1589 en place d’un modeste édifice roman, et qui demeure un lieu de pèlerinage. Le cimetière se trouve derrière la chapelle.

Y repose le Compagnon de la Libération Alain GROUT de BEAUFORT (1918-1944). Officier dans l’aviation au déclenchement de la guerre, démobilisé après l’armistice comme aspirant de l’armée de l’Air, il rentra du Maroc et prit d’abord part à l’activité clandestine. Parvenu en Grande-Bretagne, il s’engagea dans les Forces aériennes françaises Libres (FAFL). Après un entraînement spécifique, volontaire pour une mission spéciale, il fut parachuté en France pour remplir les fonctions de chef du Centre d’Opérations de Parachutages et d’Atterrissages. De justesse, il échappa plusieurs fois à la Gestapo. Après le débarquement de Normandie, il s’installa dans la région des maquis du Morvan où il réussit la réception de 150 tonnes de matériel et d’armes pour les maquis des trois départements de l’Aube, de l’Yonne et de la Nièvre. Arrêté en juillet 1944, dans une souricière de la Gestapo dans le 16e arrondissement. Il tenta de s’enfuir mais fut blessé par une balle au talon et repris. Enfermé à la prison de Fresnes, il subit les interrogatoires et la torture sans dire un mot. A la veille de la libération de la capitale, le 15 août 1944, il fut acheminé avec 2 000 prisonniers vers la gare de Pantin en vue de sa déportation. Au dernier moment, un officier de la Gestapo le fit descendre du train avec plusieurs camarades. Conduits dans le bois de Domont (Val d’Oise) ils furent immédiatement fusillés.

Dans son caveau familial repose également François GROUT de BEAUFORT (1936-1995), qui fut zoologiste et sous-directeur au Muséum national d’histoire naturelle de Paris.

On trouve encore dans ce cimetière le beau tombeau familial Fraboulet de Kerleadec où repose en particulier le général Joseph Henri Fortuné (1817-1887), qui s’illustra dans la guerre franco-prussienne.


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?