DARRIEUX Danielle (1917-2017)

Cimetière de Marnes-la-Coquette (92)
mercredi 7 mars 2018
par  Philippe Landru

Avec plus de 100 films au cours d’une carrière d’une longévité exceptionnelle (elle mourut quelques temps après son centenaire), elle fut l’archétype de la beauté féminine pour les générations d’avant-guerre (partenaire de Jean Gabin dans La Vérité sur Bébé Donge (1953) ou de Gérard Philipe dans Le Rouge et le Noir (1954).

Parallèlement, elle mena dès 1932 une carrière internationale qui la conduisit à Hollywood et à Broadway. Egérie d’Henri Decoin, elle tourna une demi-douzaine de films sous sa direction. Malmenée à la Libération (sous l’Occupation, elle avait travaillé pour la Continental, dirigée par les Allemands), elle reprit néanmoins sa carrière et enchaîna les succès, dont La ronde et Madame de... de Max Ophüls).

En lui donnant un rôle dans Les Demoiselles de Rochefort (1967), Jacques Demy relança la comédienne qui, à 50 ans, continua d’incarner des personnages de femme élégante et drôle. En 2002 encore, François Ozon l’emploi pour Huit femmes. Elle tourna son dernier film en 2010.

A partir de 1969, Danielle Darrieux commeça à se produire au théâtre, interprétant Feydeau, Guitry ou Marcel Aymé. En 2003, à 85 ans, seule en scène, elle créa Oscar et la dame rose d’Eric-Emmanuel Schmitt, qui lui valut un Molière de la meilleure comédienne. Elle a encore travaillé pour le cinéma et la télévision en 2010.

Danielle Darrieux fut mariée trois fois, avec Henri Decoin, le richissime play-boy Porfirio Rubirosa (qui repose dans le même cimetière) et le scénariste Georges Mitsinkidès, mort au début des années 90, avec lequel elle repose.

Son identité n’est pas encore (mars 2018) portée sur sa tombe : celle-ci se signale néanmoins par une photographie déposée par un admirateur.


Merci à cp pour la photo.


Commentaires

Logo de nicolas poizat
DARRIEUX Danielle (1917-2017)
mercredi 28 mars 2018 à 15h07 - par  nicolas poizat

Merci pour cette information. Le frère de Danielle Darrieux était aussi comédien. J’avoue ne l’avoir jamais vu dans un film. Disposez vous d’informations à son sujet ? Merci d’avance

Site web : Danielle Darrieux
Logo de Roger Rousselet
jeudi 29 mars 2018 à 16h27 - par  Roger Rousselet

Olivier Darrieux (1921-1994) a tourné au moins une dizaine de films assez importants dans les années 40-50, souvent avec sa soeur comme « 1er rendez-vous », mais aussi « le camion blanc », « Panique », « le désordre & la nuit », « ascenseur pour l’échaffaud », souvent des rôles mineurs, 1 employé, 1 chauffeur, 1 élève.

Logo de nicolas poizat
DARRIEUX Danielle (1917-2017)
lundi 26 mars 2018 à 12h14 - par  nicolas poizat

Note intéressante sur l’article du mari de Madame Darrieux. Je n’ai également trouvé aucune information ni photo le concernant. Merci de la photo de la sépulture de cette grande dame. Je vais essayer de me rendre sur sa tombe même si cette actrice préférait la discrétion. Quelle simplicité jusqu’au bout.
J’aurai pensé que son fils serait enterré avec elle.
Bien à vous et bravo pour le site

Site web : Danielle Darrieux
Logo de cp
lundi 26 mars 2018 à 18h38 - par  cp

Le fils a été incinéré en 1997 à Lorient, et il était à noter que l’avis ne mentionnait aucun des patronymes à même d’attirer l’attention du public : Mère Darrieux, belle-mère Françoise Dorin, épouse Poiret... Lui et sa conjointe tentèrent de reprendre un restaurant de Vannes, je crois, faisant théâtre, et qu’inaugurèrent Françoise Dorin et Jean Piat...

Logo de cp
DARRIEUX Danielle (1917-2017)
lundi 19 mars 2018 à 00h30 - par  cp

Toutes les instances mentionnant Georges Mitsinkidès comme scénariste auraient bien du mal à mentionner un seul film issu d’un quelconque de ses scénarios ! On s’est, durant des décennies, contenter de répéter cette raison sociale mais sa seule fonction aura été d’être le mari de son épouse. Apprenti acteur, il rencontre sa dulcinée qui est la sœur d’un bon ami, lequel fait comme lui le cours Simon. On lui donne une contenance en faisant un écrivain, licencié en lettre, il paraît, mais nulle œuvre ne semble avoir connu publication. Par ailleurs, à qui mieux mieux, dans le flou toujours, on le donne souvent mort en 1991, sans précision, mais sur sa tombe est inscrit 1993...