LA CHAPELLE-SUR-ERDRE (44) : cimetière

visité en décembre 2017
lundi 26 février 2018
par  Philippe Landru

Le cimetière de La Chapelle-sur-Erdre se décompose en deux parties distinctes : l’ancienne et son extension moderne.

Les personnalités qui reposent ici partagèrent des vues politiques très réactionnaires.

La partie ancienne est dominée par un calvaire et par une vaste chapelle : c’est dans celle-ci que repose l’écrivain Hugues REBELL (Georges Grassal de Choffat : 1867-1905). Souvent considéré rapidement comme un auteur érotique, voire pornographique, dont on ne retient généralement qu’un seul titre, Les nuits chaudes du Cap Français (1902) (qui lui a valu le prix Nocturne en 1966), il fut pourtant aussi un poète dont Les Chants de la pluie et du soleil, dédiés à son ami René Boylesve, ont inspiré André Gide dans Les Nourritures Terrestres. Il était également connu comme un polémiste proche du royalisme. Le Prix Hugues Rebell est remis chaque année à Nantes depuis 1991, par l’association Les livres de l’Ouest, afin de faire la promotion des ouvrages de la région.

C’est également dans cette partie ancienne que reposent :

- Le Compagnon de la Libération Horace SAVELLI (1906-1998), qui fut maire de la commune de 1945 à 1963. Officier des FFL pendant la Seconde Guerre mondiale, il s’illustra au cours de la campagne de Tunisie et de la campagne de Normandie au sein de la 2DB. Il a appartenu au réseau breton de l’OAS durant la guerre d’Algérie. Arrêté en 1962, il fut condamné à 13 ans de prison. Gracié par De Gaulle, il assista au congrès national de l’Action française. Il adhéra par la suite au Front national, jusqu’à son décès.

- Dans le tombeau de la famille de Sesmaisons reposent :

  • Humbert de SESMAISONS (1777-1836), royaliste intransigeant qui avait suivi le futur Louis XVIII à Gand, et qui devint en 1815 député de la Loire Inférieure. Il fut remercié par l’octroi de la Pairie en 1827.
  • son neveu, Rogatien de SESMAISONS (1797-1874), officier qui rit part au siège d’Alger et donna sa démission en 1830 pour ne pas prêter serment à Louis-Philippe. Retiré dans ses propriétés, il s’occupa d’agriculture, et devint un des chefs du parti légitimiste dans ce département. En 1848, il fut élu député de la Loire-Inférieure à l’Assemblée Constituante, puis réélu à l’Assemblée législative en 1849.
  • Olivier de SESMAISONS (1894-967), qui fut député de la Loire-Inférieure puis de la Loire-Atlantique de 1945 à 1967.

Le tombeau de famille Gonzalez de Linares rappelle la mémoire du général François Gonzalez de Linares (1897-1955), précisant qu’il repose au cimetière de Saint-Sauveur-la-Foucaudière, dans la Vienne.

On remarquera encore la tombe, sans doute la plus ancienne du cimetière, d’Hervé de la Bauche (+1809), propriétaire du château de l’Hôpitau dans la commune, qui fut arrêté avec sa famille durant la Terreur mais qui survécut.

Dans la partie contemporaine reposent encore :

- Le peintre Joël DABIN (1933-2003), qui dans les années 1950 porta un intérêt à l’expressionnisme abstrait et à l’action painting de l’École de New York. Il devint au fil des ans le peintre du mouvement. Il exposa dans le Monde entier, et conçut également costumes et décors pour le théâtre et la télévision. Sa tombe est ornée de l’une de ses œuvres.

- Une stèle ornée d’un voilier indique la présence du poète malouin Yann NIBOR (Jean-Albert Robin : 1857-1947), le chantre des matelots qui s’était installé dans la commune.


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?