DENFERT-ROCHEREAU Pierre Philippe (1823-1878)

Cimetière de Montbéliard (25)
vendredi 1er septembre 2017
par  Philippe Landru

Pour les Parisiens, il est évidemment une place, une avenue et une station majeure de métro et de RER.

Ce colonel est entré dans la légende pour avoir dirigé la résistance de la place forte de Belfort durant la guerre franco-allemande de 1870, ce qui lui a valu le surnom de « Lion de Belfort ». Nommé gouverneur de la place de Belfort en 1870, il fut confronté dès novembre 1870 à l’attaque puis au siège des armées allemandes. Il mena alors avec sa garnison de 15 000 hommes et la population de la ville une résistance héroïque de cent trois jours, contre les 40 000 soldats allemands. Ce n’est que le 18 février 1871, sur un ordre du gouvernement de la Défense nationale, présidé par Louis Adolphe Thiers, qu’il accepta de quitter librement et invaincu Belfort avec ses troupes et ses armes, évitant ainsi l’humiliation d’une défaite.

La résistance de Pierre Philippe Denfert-Rochereau sauva l’honneur d’une France humiliée par la défaite de Mac-Mahon à Sedan et la reddition de Bazaine à Metz. Il offrit aussi la possibilité à Thiers de négocier la conservation de l’arrondissement de Belfort au sein de la France : ainsi naquit notre actuel Territoire de Belfort, resté français alors que l’Alsace passait à l’Allemagne.

Héros national, il fut élu en 1871 député de la Charente-Inférieure, puis député de Paris en 1876.

C’est assez naturellement à Belfort que l’on s’attendrait à trouver son tombeau, mais c’est à Montbéliard, d’où était originaire son épouse, qu’il fut inhumé. Il repose dans l’enclos familial de la famille Surleau-Goguel. Sa tombe, un petit obélisque tronqué, est ornée d’un médaillon par Etienne Bernard. On peut voir encore à coté la stèle d’origine.


Commentaires