EYRES-MONCUBE (40) : mausolée privé

Visité en août 2012
lundi 27 février 2017
par  Philippe Landru

À Eyres-Moncube, au milieu d’un petit parc d’une propriété privée, on découvre une chapelle funéraire. C’est celle du général Jean-Maximilien LAMARQUE (1770-1832).

Il participa aux grandes campagnes militaires de la Révolution et de l’Empire, fut fait baron d’Empire, mais fut contraint à l’exil par la Restauration. Revenu en France en 1818, il fut élu député des Landes en 1828 où il prit part dans l’opposition de gauche. Il contribua, pour une large part au succès de la Révolution de 1830, puis continua à appartenir à l’opposition démocratique contre Louis-Philippe. Il demanda la réunion de la Belgique à la France, l’abrogation des traités de 1815, la reconstitution de la Pologne. Réélu en 1831, il continua de lutter contre les tendances de plus en plus réactionnaires du gouvernement issu des barricades de Juillet. C’est ainsi qu’il devint un symbole populaire, d’une part du fait de sa renommée d’ancien officier et d’homme politique « à principes » issu de la Révolution et de l’ère napoléonienne, et d’autre part du fait de son engagement républicain. Il mourut du choléra : ses obsèques grandioses furent prétexte à l’insurrection républicaine contre Louis-Philippe, lorsque le convoi funèbre se transforma en énorme manifestation puis en émeute. Malgré l’intervention de la troupe, une bonne partie des quartiers de la capitale fut aux mains des insurgés républicains dès le soir. L’épisode sanglant qui suivit entra alors dans l’histoire, immortalisé par Victor Hugo dans Les Misérables.

Le personnage inspira même ces vers à l’une des chansons de la comédie musicale :

Heureusement que chez les gens de la Haute, y’en a un qui regarde en bas
On a le général Lamarque, qui parle un peu de nous parfois
Il paraît qu’il est bien malade : qu’est ce qu’on f’ra quand il s’en ira
Avec l’émeute déjà qui gronde, Paris ressemble à un volcan
prêt à vomir la lave de sa colère
Enfants révolutionnaires

Il repose dans une chapelle privée dans sa Chalosse natale. À l’intérieur de celle-ci sont inscrits sur le dallage les noms des différents membres de la famille qui y sont enterrés. Le dernier est le comte Alphonse Lamarque, mort en 1891 sans laisser de descendance.


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?