LARRAZET (82) : cimetière

Visité en juillet 2015
lundi 21 septembre 2015
par  Philippe Landru

Situé à l’extérieur du village, le cimetière de Larrazet est de petite taille ; quelques centaines de tombes autour d’une petite chapelle. A l’entrée, ce qui est rare, un plan précis propose l’identification de chaque tombe. Vous y chercherez en vain le nom de celui qui est inhumé ici (sa tombe est identifiée sous le nom Boussouet - Jaubert)... Il est vrai que sa présence en ce lieu fut sans doute un embarras pour la petite commune.

C’est en effet dans le tombeau de sa belle famille (Jaubert) que repose René BOUSQUET (1909-1993).

Haut fonctionnaire français (il était préfet de la Marne en 1940), il exerça, sous le gouvernement de Pierre Laval durant l’Occupation les fonctions administratives de secrétaire général à la police du régime de Vichy d’avril 1942 à décembre 1943. A ce titre, il fut l’un des principaux organisateurs de la rafle du Vél’ d’Hiv’.

Il passa de manière indécente à travers l’Épuration : alors qu’il était chef de la police et de la gendarmerie sous Vichy, son procès en 1949 fut l’un des derniers, à une époque où l’épuration était alors à bout de souffle, l’opinion étant plus préoccupée par la guerre froide et les nouveaux problèmes nés de la reconstruction. En outre, la spécificité de la politique criminelle à l’égard des juifs était à l’époque diluée dans le dossier plus vague des crimes de l’Occupant (ce qui atténuait opportunément les responsabilités accablantes de Vichy, mais également des manquements d’une bonne partie de l’opinion publique française durant la collaboration sous silence). Il fut acquitté et put faire à partir des années 1950 une florissante carrière d’homme d’affaires et d’influence, avant d’être rattrapé par son passé à la fin des années 1980 (une interview de Darquier de Pellepoix, collaborateur notoire alors en exil en Espagne, rappela violemment ses responsabilités).

Alors qu’une nouvelle instruction pour crimes contre l’humanité commençait, freinée au plus haut de l’Etat, en particulier par son ami François Mitterrand, il fut abattu à la porte de son domicile par un déséquilibré.

Il fut inhumé dans le caveau de famille de son épouse. Durant longtemps, le tombeau fut maculé de messages haineux et orduriers...Le temps fit son oeuvre : plus de vingt ans après sa mort, le tombeau de Bousquet a retrouvé la sérénité qui sied à une tombe (la plaque de devant a néanmoins été fendue). Aucune identité cependant sur ce caveau, et une identité falsifiée sur la porte du cimetière. A l’évidence, une personnalité trop encombrante encore.


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?