BOIELDIEU Adrien François (1775-1834)

Père-Lachaise - 11ème division, carditaphe au cimetière monumental de Rouen (76)
samedi 14 février 2015
par  Philippe Landru

Initié à la musique par le maître de chapelle puis par l’organiste de la cathédrale Notre-Dame de Rouen, Boieldieu composa ses premières œuvres sur des textes écrits par son père qui lui apportèrent un succès immédiat. Durant la période révolutionnaire, Boieldieu partit pour Paris et, prudemment, s’y installa comme accordeur de pianos. Fils spirituel de Grétry, Boieldieu privilégiait les mélodies sans ornements superflus qu’il mettait en valeur avec une instrumentation légère, mais soignée et des dialogues spirituels. En 1800, il remporta un véritable triomphe avec Le Calife de Bagdad. En 1804, il partit pour Saint-Pétersbourg afin d’occuper le poste de compositeur de la cour du Tsar jusqu’en 1810 à l’invitation personnelle du tsar Alexandre. Il y composa neuf opéras. De retour en France, il devint professeur de composition au Conservatoire de Paris et, en 1817, succéda à Méhul à l’Académie des beaux-arts. C’est en 1825 qu’il publia son oeuvre la plus connue, La Dame blanche, basée sur deux romans de Walter Scott (Le Monastère et Guy Mannering). Le style de cet opéra inspira Donizetti (Lucia di Lammermoor), Bellini (I Puritani) et Bizet (La Jolie Fille de Perth). Reconnu comme une des premières tentatives d’introduction du fantastique dans l’opéra, La Dame blanche a également été un modèle pour les opéras Robert le Diable de Meyerbeer ou Faust de Gounod. Il demeure le principal compositeur français d’opéras du premier quart du xixe siècle.

Boieldieu perdit progressivement l’usage de la parole, sans doute du fait d’un cancer du larynx. La faillite de l’Opéra-Comique et la Révolution de 1830 ajoutèrent à son malheur. Afin de lui éviter la misère, Thiers lui assura une pension de l’État de 6 000 francs. A sa mort, il fut inhumé au Père Lachaise mais son cœur fut déposé au cimetière monumental de Rouen dans un tombeau offert par la ville de Rouen.

JPEG - 63.1 ko
Tombeau du Père Lachaise - 11ème division

JPEG - 36.2 ko
Carditaphe de Rouen


Retour vers le Père Lachaise


Commentaires

Logo de cp
BOIELDIEU Adrien François (1775-1834)
samedi 14 février 2015 à 18h29 - par  cp

Allons, allons, le « tube » de Boieldieu c’est le rondo du concerto pour harpe. Lily Laskine et Marielle Nordmann ont usé des mètres de cordes sur ce thème ! C’est le standard de la harpe…

(Vanne mainte fois énoncée par le mélomane Pierre Bouteiller : Avec la harpe, on passe la moitié du temps à l’accorder et le reste à jouer faux...)