BOIS-LE-ROI (77) : cimetière

Visité en octobre 2011
mardi 15 juillet 2014
par  Philippe Landru

Si le site du cimetière de Bois-le-Roi n’a aucun intérêt (le classique : vaste surface plate et morne non arborée, en dehors de l’allée centrale), il contient en revanche un grand nombre de tombeaux intéressants. La proximité de la forêt de Fontainebleau, la présence ancienne d’artistes, la construction d’élégantes villas, ont favorisés la présence de Bacots (ainsi qu’on appelle les habitants) célèbres dans le cimetière.


Curiosités


La seule « curiosité » de ce cimetière est la présence d’un enclos d’ecclésiastiques surmonté d’une Vierge.

Très peu d’oeuvres d’art dans ce cimetière : un bas-relief en bronze sur la tombe Cavaniol.


Célébrités : les incontournables...


- MUSIDORA

On le sait moins en revanche, mais le physicien Paul LANGEVIN, désormais au Panthéon, reposa dans ce cimetière à sa mort. Sa tombe existe encore, où y reposent son épouse et d’autres membres de sa famille.


... mais aussi


- L’instituteur Henri AIGUEPERSE (1902-1989). Secrétaire général du Syndicat national des instituteurs, alors affilié à la CGT, au moment de la scission de 1948 entre CGT et Force ouvrière, il fut l’un des principaux artisans du passage du SNI et de la FEN à l’autonomie. Bien qu’il eût cessé son mandat de secrétaire général en 1952, il fut une autorité morale incontestée au sein du syndicalisme dans cette profession.

- L’accordéoniste Maurice ALEXANDER (1902-1980), qui fut une vedette des années 20 aux années 40.

- Le Compagnon de la Libération Roger BARBEROT (1915-2002).Officier de la marine, rallié aux FFL, il intervint en Libye, au Moyen Orient, puis dans la reconquête de la France. Après la guerre, il se lança en politique : membre de l’Etat-major du RPF, il participa à la tournée politique en province du général en vue des élections, et mobilisa les réseaux des anciens de la France libre et de la Résistance. « Gaulliste de gauche », il échoua aux législatives, puis devint ambassadeur (Centrafrique, Uruguay...). En 1973, il fut nommé administrateur supérieur des Terres australes et antarctiques françaises.

- Le peintre Charles CASTELLANI (1838-1913), célèbre pour ses panoramas réalisés dès 1880 dans ses ateliers de Molenbeck (Bruxelles),dont le célèbre « Panorama de Waterloo ».En 1889, son « Tout Paris » composé de plus de mille personnalités du monde parisien, réalisé pour l’Exposition universelle à l’Esplanade des Invalides, fut un énorme succès.

- Raymond CHARONNAT (1894-1957) : Chimiste, professeur à la Faculté de pharmacie de Paris dont il était membre. Sa tombe est ornée de deux médaillons en bronze par Albert David.

- Le très oublié homme de lettres Louis (POUPART-) DAVYL (1835-1890), auteur de romans et de pièces.

- Le peintre Fernand DECOPREZ (1860-1906), dont la stèle est recouverte d’un bas-relief désormais presque plus visible.

- Le magistrat Jean-Pierre DINTILHAC (1943-2014), ancien procureur de Paris et avocat général près la Cour de cassation.

- Dans un coin du cimetière, un enclos se distingue par la présence de deux tombeaux sous des cyprès. Ici repose le peintre Georges LECARON (1899-1974), ancien élève de Jean-Pierre Laurens, et qui fut professeur à l’Académie Julian dans les années 60.

- Le docteur André LEMAIRE (1898-1994), qui fut secrétaire perpétuel de l’Académie nationale de médecine.

- Le poète, chansonnier et goguettier Gustave MATHIEU (1808-1877). Au début du Second Empire, il ouvrit un cabaret à l’enseigne de Jean Raisin. Ses amis – Pierre Dupont, Alfred Delvau, Champfleury, Charles Monselet... – s’y réunissaient pour écouter, dans l’arrière-boutique, ses poèmes et ses chansons satiriques. Il fonda en 1854 L’Almanach de Jean Raisin, revue joyeuse et vinicole. Ses œuvres ont été réunies en un recueil intitulé Parfums, chants et couleurs. Avec Paul Arène et Alphonse Daudet, il a collaboré au Parnassiculet contemporain, recueil parodiant la poésie parnassienne. Il fut peint par Courbet. Sa tombe au cimetière de Bois-le-Roi était ornée d’un médaillon et surmontée d’un coq en bronze, sous lequel on pouvait lire cette inscription : « Quand ce coq chantera, Mathieu ressuscitera ». L’ensemble a depuis disparu (le coq en 1980), et il ne reste plus qu’une tombe anonyme.

JPEG - 28.4 ko
Photographie ancienne de la tombe (le médaillon et le coq y sont encore).

- Le compositeur et chef d’orchestre Olivier MÉTRA (1830-1889), qui fut l’un des plus populaires de son époque. Tout le monde connaissait ses valses, polkas, mazurkas et quadrilles. Il dirigea notamment les bals de l’Opéra-Comique, l’orchestre des Folies Bergère, les bals du Théâtre de la Monnaie à Bruxelles et, finalement, ceux de l’Opéra de Paris. Le buste par Antonin Mercié qui ornait sa tombe a disparu.

JPEG - 63.3 ko
Acte de décès d’Olivier Métra - Paris.

- Le peintre et sculpteur animalier Louis de MONARD (1873-1939). L’oeuvre qui ornait sa tombe et dont il était l’auteur a disparu.

- Le peintre académique Georges MOREAU de TOURS (1848-1901), ancien élève de Cabanel. Il était le fils du psychiatre Jacques-Joseph Moreau dont il a réalisé le portrait, et le frère du psychiatre Paul Moreau de Tours. Il s’intéressa aux sujets militaires, aux scènes de genre et aux portraits. Avec lui repose son épouse, Thérèse MOREAU de TOURS (1861-1921), également peintre.

- Le romancier Louis NOIR (Louis Etienne Salmon : 1837-1901), qui fut rédacteur en chef du journal Le Peuple. Il écrivit de très nombreux romans d’aventures géographiques et historiques qui parurent en feuilleton dans divers journaux. Il était le frère aîné du journaliste Victor Noir.

- L’architecte Louis PÉRIN (1871-1940), connu pour ses constructions d’esprit néogothique et Art nouveau. Il exerça l’essentiel de sa carrière dans la capitale. On lui doit de nombreux immeubles des 5e et 6e arrondissements de Paris, notamment le no 2 de la rue Guynemer. Il fut appelé, d’autre part, à restaurer le Théâtre Français, aujourd’hui la Comédie-Française. Il édifia plusieurs villas bourgeoises à Bois-le-Roi.


Photo Noir et Monard : http://celtiq.perso.neuf.fr/


Commentaires

Logo de MARRY Ghislain - Evigny (Ardennes)
BOIS-LE-ROI (77) : cimetière
mardi 15 juillet 2014 à 11h03 - par  MARRY Ghislain - Evigny (Ardennes)

@Philippe :
La belle actrice MUSIDORA (Jeanne ROQUES à l’état-civil ), égérie des Surréalistes et première VAMP du cinéma français, décédée à Paris le 7 décembre 1957 à l’âge de 68 ans, repose donc au cimetière de Bois-Le-Roi (77), à 8 km de Fontainebleau.
Sa tombe se trouve à droite de la petite entrée du cimetière, située rue du Clos de La Cure (Section 9- Concession 880)
Renseignements communiqués par mail par le service d’état-civil de la municipalité, il y a quelques années. J’avoue n’être jamais allé sur sa tombe !

Logo de MARRY Ghislain - Evigny (Ardennes)
mardi 15 juillet 2014 à 12h28 - par  Philippe Landru

Merci Ghislain. Bon, un prochain voyage (?) ou un(e) internaute altruiste ;-)

Logo de Philippe Landru
BOIS-LE-ROI (77) : cimetière
mardi 15 juillet 2014 à 10h25 - par  Philippe Landru

Et un accordéoniste de plus pour Olivier ;-)

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?