DE VILLIERS Gérard (1929-2013)

Passy - 10ème division
samedi 9 novembre 2013
par  Philippe Landru

Journaliste de formation, il travailla d’abord pour le quotidien Paris-Presse, mais c’est en tant qu’écrivain qu’il connut le succès avec ses romans d’espionnage SAS, mettant en scène le prince et agent secret Malko Linge. Le premier tome des aventures de ce « James Bond » autrichien parut en 1965 : il venait de terminer le 200ème lorsu’il décéda. Écrivain prolifique, ses romans témoignent de ses investigations : il partait enquêter plusieurs mois sur le terrain avant chaque nouvelle histoire. Il situa souvent l’action des SAS dans des pays au cœur de l’actualité.

Ses romans, mêlant intrigue policière, sexe, violences et voyage au bout du monde, étaient qualifiés par certains de romans de gare. D’autres le considéraient flambeur, homme à femme, réactionnaire, macho ou raciste. Il fut en tous les cas un homme d’affaire avisé. Outre la série des SAS, il a également écrit celles de JAG, de l’Exécuteur ou des Brigades Mondaines.


retour vers le cimetière de Passy


Merci à Patrick de Graide pour le complément photo.


Commentaires

DE VILLIERS Gérard (1929-2013)
lundi 18 novembre 2013 à 00h19

@cp
Veuillez m’excuser de vous avoir traitée de la sorte.
(Hum)blement.
H. Lallment

Logo de cp
lundi 18 novembre 2013 à 15h17 - par  cp

Bah, pas grave. Le tout sera de voir l’évolution de cette sépulture qui risque fort de ressembler à celle de Pierre Miquel. D’une sobriété minimaliste remarquable...

DE VILLIERS Gérard (1929-2013)
dimanche 17 novembre 2013 à 23h30

@à tous

cp, comme d’habitude, une nouvelle fois encore, à côté de la plaque, à la grande joie de tous les contributeurs du site. Hugongerard étant battu à plates coutures.
H. Lallment

Logo de cp
dimanche 17 novembre 2013 à 23h48 - par  cp

Faut pas être jalouse, comme ça...

Logo de cp
DE VILLIERS Gérard (1929-2013)
dimanche 17 novembre 2013 à 14h11 - par  cp

Homme d’affaire avisé ? Plus un sou en caisse. Là doit être l’explication de cette tombe minimaliste qui va sans doute le rester ; et pas l’ombre d’une fleur, les « amis » devaient connaître l’état des lieux.

Le « Journal du Dimanche » d’aujourd’hui relate la situation de débine d’une succession plutôt riche de dettes que de splendeurs, toutes dissoutes dans une vie dissolue, au terme de quatre mariages. Le testament demandait le Père Lachaise, ça sera Passy ; il resterait une maison en partage à Saint-Tropez et une autre en banlieue parisienne. Et le conseil de solder aux enchères les bibelots de S.A.S pour tenter de boucher les trous…

Logo de cp
dimanche 17 novembre 2013 à 15h30 - par  cp

Croquemort !

Logo de cp
dimanche 17 novembre 2013 à 14h39 - par  Philippe Landru

@cp : pour être précis, s’il n’y a pas de fleurs, c’est que j’ai pris la photo 3 heures avant les obsèques ! Ici, c’est donc encore un emplacement vide.

Navigation