Tour nécropolitain du métropolitain - 2nde partie : de J à Q

Une autre manière de prendre le métro...
lundi 18 février 2008
par Philippe Landru

On les fréquente tous les jours, et on ne se pose pas forcément la question de savoir qui ils étaient !

Plus spécifiquement adressé aux Parisiens (encore que tout le monde puisse y trouver son compte), cet article a pour but de présenter les lieux d’inhumation de toutes celles et ceux qui donnèrent leur nom à nos stations du métro et de RER intra-muros. Effectivement, si pour Voltaire, Zola ou Victor Hugo la question ne se pose pas, on sait moins que Antin, Botzaris, Lourmel ou même Jasmin désignent bien des personnalités ayant vécu à des époques diverses, tandis que Barbès-Rochechouart, Richelieu-Drouot, Faidherbe-Chaligny (et beaucoup d’autres encore) sont des associations de patronymes dont il est bon de démêler l’écheveau.

Dans la plupart des cas (même si ce n’est pas systématique), les stations de métro et de RER présentées ici tirent tout simplement leur nom de l’artère (ou du croisement de deux rues) sous lesquelles elles se trouvent. Dans quelques cas, les personnalités ont un rapport plus intime avec ces stations : nous le préciserons au fur et à mesure.

En raison de sa longueur et du temps de chargement des photos, cet article est divisé en trois parties :

- de A à I
- de J à Q
- de R à Z


Jasmin

Rien à voir avec la fleur : cette station rend hommage au poète français Jasmin (Jacques Boé, dit : 1798-1864), surnommé le Péruquier poète, qui fut par ses œuvres en langue d’oc, le précurseur du félibrige, mouvement littéraire provençal. Il fut inhumé dans le cimetière de Gaillard de sa ville natale d’Agen (Lot-et-Garonne) - France.


Jaurès

La station, anciennement appelée « Rue d’Allemagne », rendit hommage dès le 1er août 1914 au républicain socialiste Jean Jaurès (1859-1914), qui avait tant milité pour la paix. Il est à noter que ce dernier est également honoré par la station « Boulogne - Jean Jaurès ». Inhumé au cimetière des Planques à Albi (Tarn), il fut transféré au Panthéon de Paris en 1924 - France.

JPEG - 19.5 ko
Ancienne tombe du cimetière des Planques d’Albi.


Jules Joffrin

Cette station porte le nom de Jules François Alexandre Joffrin (1846-1890) qui fut conseiller municipal et député du XVIIIe arrondissement parisien. Il fut inhumé dans la 95ème division du Père-Lachaise de Paris - France.


Jussieu

Proche du Jardin des Plantes, la station rend hommage aux différents membres de cette famille, tous botanistes : Antoine (1686-1758), Bernard (1699-1777), et Joseph (1704-1779), tous trois frères, inhumés en l’église Saint Laurent du Chardonnet de Paris ; leur neveu Antoine-Laurent (1748-1836) et son fils Adrien (1797-1853), inhumés tous les deux en la 1ère division du cimetière Montparnasse de Paris - France.


Kennedy

La station de RER « Kennedy - Radio-France » rend évidemment hommage à John Fitzgerald Kennedy (1917-1963), président des Etats-Unis de 1961 à 1963. Il fut Inhumé au cimetière national d’Arlington (Virginie) - Etats-Unis.

JPEG - 47.5 ko
Source : Findagrave.

Kléber

La station honore la mémoire du général napoléonien Jean-baptiste Kléber (1753-1800), qui fut assassiné par un étudiant syrien au Caire. Son corps embaumé, rapatrié en France l’année suivante, reposa dix-huit ans au Château d’If à Marseille avant d’être inhumé dans un caveau de la cathédrale de Strasbourg en attendant qu’un monument s’élève sur une place de la ville pour l’accueillir définitivement. Il repose désormais dans un caveau sous sa statue de la place Kléber de Strasbourg (Bas-Rhin) tandis que son cœur fut placé dans le caveau des Gouverneurs de la crypte de l’église Saint-Louis des Invalides de Paris - France.


La Fayette

La station « Chaussée d’Antin - La Fayette » rend évidemment hommage au marquis Marie-Joseph Paul Yves Roch Gilbert du Motier de Lafayette (1757-1834), figure centrale de la guerre d’indépendance américaine et de la Révolution Française. Il est inhumé dans le petit cimetière de Picpus de Paris - France.


La Motte-Picquet

La station « La Motte-Picquet - Grenelle » porte le nom du lieutenant général des armées navales Toussaint-Guillaume Picquet, comte de la Motte, dit La Motte Picquet (1720-1791), qui se distingua lors de la Guerre d’indépendance des États-Unis d’Amérique. J’ignore où il fut inhumé.


La Tour-Maubourg

La station rend hommage au marquis Victor de Fay de Latour-Maubourg (1768-1850), émigré pendant la Révolution, qui fut général sous le Premier Empire et ministre de la Guerre sous la Restauration. Il fut également gouverneur des Invalides de 1821 à 1830. Il fut inhumé au cimetière de Dammarie-les-Lys (Seine-et-Marne).


Léo Lagrange

La station « Villejuif - Léon Lagrange » rend hommage à l’avocat socialiste Léo Lagrange (1900-1940), sous-secrétaire d’État aux Sports et à l’organisation des Loisirs du Front Populaire, tué d’un éclat d’obus durant la guerre. Il fut inhumé au cimetière de Bourg-sur-Gironde (Gironde) - France.


Lamarck

La station « Lamarck - Caulaincourt » porte le nom de Jean-Baptiste Pierre de Monet, chevalier de Lamarck (1744-1829), professeur de zoologie des invertébrés au Muséum qui définit une théorie sur l’évolution des êtres vivants. Il fut inhumé au cimetière Montparnasse de Paris, mais ses restes furent ultérieurement jetés à la fosse commune - France.


Lattre de Tassigny (de)

La station « Porte Dauphine (Maréchal de Lattre de Tassigny) » (on oublie fréquemment qu’elle porte ces deux noms accolés) rend hommage au maréchal de France Jean de Lattre de Tassigny (1889-1952), inhumé au cimetière de Mouilleron-en-Pareds (Vendée) - France.


Laumière

La station honore Xavier Jean Marie Clément Vernhet de Laumière (1812-1863), général d’artillerie, mort de ses blessures au Mexique. J’ignore où celui-ci fut inhumé.


Le Peletier

Cette station rend hommage à Louis Le Peletier de Mortefontaine (1730-1814), dernier prévôt des marchands de 1784 à 1789. J’ignore où il fut inhumé.


Leclerc

Le véritable nom de la station « Porte d’Orléans » est « Porte d’Orléans - Général Leclerc ». Elle honore le maréchal de France Philippe François Marie Leclerc, comte de Hauteclocque (1902-1947), libérateur de la capitale en 1944. Il fut inhumé dans la crypte de l’église Saint-Louis des Invalides de Paris - France.


Lecourbe

La station « Sèvres-Lecourbe » (appelée « Suffren » jusqu’en 1907) tient son nom du général Claude Joseph Lecourbe (1759-1815) qui combattit sous la Révolution. Il fut inhumé dans la crypte de l’Eglise de Ruffey (Jura) - France.


Ledru-Rollin

Cette station rend hommage à l’avocat et politicien Alexandre Auguste Ledru dit Ledru-Rollin (1807-1874), qui fut membre du gouvernement provisoire de 1848. Il fut inhumé dans la 4ème division du Père-Lachaise de Paris - France.


Cardinal Lemoine

Cette station rend hommage au cardinal Jean Lemoine (1250-1313), légat du pape Boniface VIII auprès de Philippe le Bel. Il fonda à Paris le collège (aujourd’hui disparu) qui porta son nom et dans lequel il fut inhumé - France.


Levallois

La station « Pont de Levallois - Bécon », mais également la station du RER C « Pereire - Levallois », honorent toutes deux le promoteur immobiliser Nicolas Levallois (1816-1879), qui fut le créateur de l’actuelle commune de Levallois-Perret sur laquelle ses stations se trouvent où sont reliées. Tout naturellement, il fut inhumé au cimetière... de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) dans lequel on peut encore voir sa tombe.


Lourmel

Cette station honore la mémoire du général Frédéric Henri Le Normand de Lourmel (1811-1854), tué devant Sébastopol. Il fut ramené en France et inhumé au cimetière de Pléneuf-Val-André (Côtes-d’Armor) - France.


Mabillon

La station honore la mémoire du bénédictin Jean Mabillon (1632-1707), moine mauriste, écrivain et érudit, éditeur de textes religieux. Il fut inhumé en l’église Saint-Germain-des-Prés de Paris où l’on peut encore voir sa plaque funéraire - France.


Madeleine

La station tire son nom de Sainte-Madeleine, disciple du Christ. Deux traditions principales existent : la tradition occidentale l’a identifiée avec Marie de Béthanie, sœur de Lazare et de Marthe. Grégoire le Grand la dit inhumée à Ephèse, en Turquie, tandis que dans la légende du Moyen Âge des Saintes Maries, Marie-Madeleine serait venue se fixer en Provence après avoir débarqué aux Saintes-Maries-de-la-Mer et se serait retirée dans le Massif de la Sainte-Baume et aurait été ensevelie dans la crypte de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume (Var) - France.

JPEG - 62.8 ko
Crypte de la basilique de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume.

Malesherbes

Cette station honore la figure du juriste et académicien Chrétien-Guillaume de Lamoignon de Malesherbes (1721-1794), qui fut entre autre l’avocat de Louis XVI. Il mourut décapité et fut inhumé au cimetière des Errancis de Paris, aujourd’hui disparu.


Georges Mandel

La station « Rue de la Pompe (Avenue Georges Mandel) » porte le nom du politicien Georges Mandel (Louis Georges Rothschild : 1885-1944), plusieurs fois ministres, qui fut assassiné par la Milice en forêt de Fontainebleau. Il fut inhumé dans la 10ème division du cimetière de Passy de Paris - France.


Marbeuf

Cetteancienne station fusionna en 1942 avec Rond-Point des Champs-Élysées. Cette fusion devint en 1946 la station Franklin D.Roosevelt. Elle tirait son nom de la rue Marbeuf, elle-même s’appelant ainsi du nom du général français Charles Louis de Marbeuf (1712-1786),qui y possédait une maison. J’ignore où celui-cifut inhumé.


Marceau

La station « Alma-Marceau » rend hommage au général François Séverin Marceau-Desgravier (1769 - 1796), qui combattit les révoltés vendéens au cours de la période révolutionnaire. Il mourut en combattant les armées autrichiennes. Après avoir reposé dans le camp de Coblence, ses cendres furent ramenées en France : elles se partagent entre le caveau des Gouverneurs de la crypte de l’église Saint-Louis des Invalides, le Panthéon de Paris, et sa statue place des Épars, à Chartres (Eure-et-Loir) - France.

JPEG - 39.7 ko
Statue de Marceau : Chartres.
JPEG - 66 ko
Tombeau de Coblence.

Etienne Marcel

La station porte le nom du prévôt des marchands de Paris Etienne Marcel (1316-1358), qui joua un rôle politique considérabledurant la Guerre de Cent ans et qui mourut assassiné. On ignore le lieu de son inhumation.


Marie

La station « Pont Marie » porte le nom de l’entrepreneur général des ponts de France du XVIIe siècle, Christophe Marie, dont le pont à cette hauteur de la Seine perpétue la mémoire. J’ignore où il fut inhumé.


Henri Martin

La station de RER « Avenue Henri Martin » honore la mémoire de Henri Martin (1810-1883), historien qui fut également maire du XVIe arrondissement. Il fut inhumé dans la 14ème division du cimetière Montparnasse de Paris - France.


Masséna

La station de RER « Boulevard Masséna » fut fermée le 3 décembre 2000 lors de l’ouverture de la station Bibliothèque François Mitterrand. Elle honorait la mémoire du maréchal de France André Masséna (1758-1817), qui repose dans la 28ème division du Père-Lachaise de Paris - France.


Maubert

La station « Maubert-mutualité » rend hommage à Maître Albert (dont Maubert est une contraction), c’est-à-dire Albert le Grand, ou encore Albrecht von Bollstädt (+1280), qui fut un théologien et philosophe fondamental de l’Europe médiévale pour avoir introduit dans les universités les sciences grecques et arabes. Sa présence ici s’explique pour la raison qu’il donna des cours à Paris (il eut d’ailleurs pour élève Thomas d’Aquin). Il fut proclamé Docteur de l’Eglise. Ses restes se trouvent dans l’église Saint- Andreas de Cologne - Allemagne.

JPEG - 38.9 ko
Source : www.sankt-andreas.de.jpg

Mazas

C’était le nom de l’actuelle station « Quai de la Rapée » jusqu’en 1907 (elle devint de 1907 à 1916 « Pont d’Austerlitz », puis prit son nom actuel). Elle honorait le nom de Jacques François Marc Mazas (1765-1805) qui fut colonel et périt à la Bataille d’Austerlitz. J’ignore où il fut inhumé.


Louise Michel

Cette station, anciennement appelée « Vallier » et située sur la commune de Levallois-Perret, porte depuis 1946 le nom de la communarde anarchiste Louise Michel (1830-1905). Inhumée au cimetière Saint-Pierre de Marseille, elle fut transférée dans le cimetière de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) - France. Elle est, avec Marie Curie depuis 2007, la seule femme à être honorée par une station de métro.


Michel-Ange

La station « Michel-Ange- Molitor » rend hommage à l’artiste de la Renaissance italienne, le peintre et sculpteur Michel-Ange (né Michelangelo di Lodovico Buonarroti Simoni : 1475-1564). On peut voir son tombeau dans la basilique Santa-Croce de Florence, mais il existe aussi à Rome, dans le corridor du couvent qui est à côté de l’église des Saints-Apôtres, un autre tombeau honorifique de Michel-Ange - Italie. Michel-Ange a donné également son nom à la station « Michel-Ange - Auteuil ».


Charles Michels

L’ancienne station « Beaugrenelle » prit en 1945 le nom du député communiste du XVe arrondissement Charles Michels (1903-1941), qui fut arrêté en 1940, puis fusillé par les nazis en 1941. Il est inhumé dans la 97ème division du Père-Lachaise de Paris.


Mirabeau

Cette station honore le révolutionnaire Honoré Gabriel Riqueti, comte de Mirabeau (1749-1791), dont les restes épousèrent les vicissitudes de la Révolution : inhumé en grande pompe au Panthéon, il en fut délogé en 1793 après qu’on est découvert la fameuse armoire de fer révélant qu’il était en contact avec le roi. Sa dépouille fut alors profanée et ses cendres jetées aux égouts de Paris - France.


Mirosmesnil

Cette station rend hommage au magistrat Armand Thomas Hue de Miromesnil (1723-1796) qui fut garde des Sceaux de 1774 à 1787, et qui fit interdire les tortures infligées aux prisonniers. Il fut inhumé dans le chœur de l’église de Tourville sur Arques (Seine-Maritime) - France.


François Mitterrand

La station « Bibliothèque François Mitterrand » rend évidemment hommage au président de la République de 1981 à 1995 François Mitterrand (1916-1996), inhumé au cimetière des Grands-Maisons de Jarnac (Charente) - France.


Molitor

La station « Michel-Ange - Molitor » rend hommage au maréchal de France Gabriel Molitor (1770-1849), qui fut également gouverneur des Invalides, ce qui explique qu’il ait été inhumé dans le caveau des Gouverneurs de la crypte de l’église Saint-Louis des Invalides de Paris - France. Son nom devait être également honorée par la station « Porte Molitor », qui aurait dû permettre l’accès au Parc des Princes, mais, bien que ses quais aient été réalisés, cette station n’a jamais vu ses voies d’accès construites : elle fait partie des fameuses « stations fantômes » du métro parisien.


Henri Mondor

La station « Créteil - L’Échat (Hôpital Henri Mondor) » honore le chirurgien et académicien Henri Mondor (1885-1962) qui donna son nom à l’hôpital de Créteil. Il fut inhumé au cimetière de Saint-Cernin (Cantal) - France.


Monge

La station « Place Monge » doit son nom à Gaspard Monge (1746-1818), mathématicien français, qui permit la construction de l’École normale supérieure et fonda l’École polytechnique. Inhumé dans la 18ème division du Père-Lachaise, il fut transféré en 1988 au Panthéon de Paris.

JPEG - 14.8 ko
Tombeau au Panthéon.
JPEG - 34.6 ko
Cénotaphe du Père-Lachaise.

Guy Môquet

Anciennement appelée « Carrefour Marcadet », puis « Marcadet-Balagny », la station « Guy Môquet » rend hommage depuis 1946 au jeune militant communiste Guy Môquet (1924-1941), fusillé en tant qu’otage par les Allemands à Châteaubriant à l’âge de 17 ans. Il fut inhumé au Petit-Auverné (Loire-Atlantique), puis transféré dans la 97ème division du Père-Lachaise de Paris - France.


Morland

La station « Sully-Morland » est dédié au colonel François-Louis Morland (1771-1805), des Chasseurs de la Garde, qui fut tué à Austerlitz, et dont le corps fut rapatrié dans un tonneau de rhum. Il fut inhumé dans l’église de Souilly (Meuse). Sa tombe a disparu lorsque cette église a été détruite au XIXe siècle. Aujourd’hui, une plaque de marbre dans l’église restauré rappelle son souvenir.


Mouton-Duvernet

La station rend hommage au général Régis Barthélemy Mouton-Duvernet (1770-1816), fusillé après la restauration pour avoir rallier Napoléon lors des Cent jours. Il fut inhumé au cimetière de Loyasse de Lyon (Rhône) - France.


Martin Nadaud

La station « Martin Nadaud » fut supprimée en 1969 lors de la réorganisation de la station Gambetta. Elle honorait la figure du député républicain Martin Nadaud (1815-1898), qui fut inhumé au cimetière de Soubrebost (Creuse) - France.


Oberkampf

La station honore Christophe-Philippe Oberkampf (1738-1815), qui fonda en 1759 la première manufacture de toiles imprimées avec des planches de cuivre gravées à Jouy-en-Josas. Il fut inhumé dans le parc du Montcel de Jouy-en-Josas : son cénotaphe se trouve en revanche dans le jardin de sa maison devenue aujourd’hui le conservatoire de Musique de la commune de Jouy-en-Josas (Yvelines). Il ne doit pas être confondu avec son fils Emile, qui lui est enterré dans la 39ème division du Père-Lachaise de Paris - France.


Parmentier

La station honore l’agronome Antoine Parmentier (1737-1813) qui introduisit la pomme de terre en France. Il fut inhumé dans la 39ème division du Père-Lachaise de Paris - France.


Pasteur

La station rend évidemment hommage au biologiste Louis Pasteur (1822-1895), le découvreur du vaccin contre la rage, qui repose dans la crypte de l’Institut qui porte son nom à Paris - France.


Pelleport

La station honore le général Pierre de Pelleport (1773-1855), qui s’illustra dans les armées napoléoniennes puis dans celles de la Restauration. Il fut inhumé au cimetière de la Chartreuse de Bordeaux (Gironde) - France.


Père-Lachaise

La station qui dessert le cimetière du même nom rend hommage au jésuite François d’Aix de La Chaise (1624-1709), confesseur de Louis XIV, qui venait se reposer dans la maison de l’ordre dont le terrain est devenu depuis le très fameux cimetière. Contre toute attente, il n’y repose pas puisqu’il fut inhumé dans la crypte de l’église Saint-Paul-Saint-Louis de Paris - France. A noter qu’elle fut la première station à bénéficier d’un escalier mécanique.


Pereire

Cette station doit son nom aux frères Émile (1800-1875) et Isaac (1806-1880) Pereire, fondateurs de la compagnie des chemins de fer du Midi et promoteurs immobiliers du quartier qui prit leur nom et sur lequel se trouve la station. Ils sont inhumés dans la 3ème division du cimetière Montmartre de Paris - France.


Gabriel Péri

La station « Gabriel Péri - Asnières - Genevilliers » rend hommage au journaliste Gabriel Péri (1902-1941), membre PCF et député de Seine-et-Oise fusillé comme résistant. De très nombreuses rues portent son nom. Il fut inhumé dans la fosse des exécutés du cimetière parisien d’Ivry (Val-de-Marne) - France.


Pernety

La station rend hommage au vicomte Joseph Marie de Pernety (1766-1856) qui était général de division et propriétaire des terrains où fut ouverte la rue. Il fut inhumé dans la 4ème division du cimetière Montparnasse de Paris - France.


Philippe Auguste

La station rend hommage au roi de France Philippe II (1165-1223), roi de 1179 à sa mort. Il fut inhumé en l’abbaye royale de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), mais plus rien ne subsiste de son tombeau.


Pablo Picasso

La station « Bobigny - Pablo Picasso » honore évidemment le peintre Pablo Picasso (1881-1973), inhumé dans sa propriété de Vauvenargues (Bouches-du-Rhône) - France.


Pigalle

La station honore le sculpteur Jean-Baptiste Pigalle (1714-1785) qui vivait dans la rue qui porte désormais son nom, au dessus du métro. Il fut inhumé dans le petit cimetière du Calvaire de Montmartre, mais sa tombe a disparu.


Pleyel

La station « Carrefour Pleyel » rend hommage au compositeur autrichien Ignace Joseph Pleyel (1757-1831) qui fonda à Paris une maison d’éditions musicales. En 1807, il créa à proximité du futur Carrefour Pleyel sa célèbre manufacture de pianos, dont la marque est toujours active. Il repose dans la 13ème division du Père-Lachaise de Paris - France.


Raymond Queneau

La station « Bobigny - Pantin - Raymond Queneau » porte le nom de l’écrivain Raymond Queneau (1903-1976), qui rendit lui-même hommage à deux reprises à la RATP, dans Zazie dans le Métro mais également dans Exercices de Style, dont le héros est « l’autobus S ». Il est inhumé dans l’ancien cimetière de Juvisy-sur-Orge (Essonne) - France.


Edgar Quinet

La station rend hommage à l’historien et député Edgar Quinet (1803-1875). Il est inhumé dans la 11ème division du cimetière Montparnasse de Paris - France.


Voir la suite : de R à Z


Commentaires

Logo de MARRY Ghislain - EVIGNY (Ardennes)
dimanche 24 février 2013 à 11h44, par  MARRY Ghislain - EVIGNY (Ardennes)

Le général Louis Charles René , comte de MARBEUF (1712-1786), gouverneur de la Corse et marquis de Cargèse a été inhumé dans l’église Saint Jean-Baptiste qui domine le vieux port de Bastia.

Commandant en chef des troupes françaises en Corse, à la tête de 4000 hommes, il a réprimé violemment la révolution paoliste ,« francisé » l’ île, et se fera le protecteur de la famille Bonaparte.

« Orgueilleux, vaniteux, hypocrite, il méprisait les Corses autant qu’il les craignait ! »

( Sources : site « Corsica Miea » )

Logo de MARRY Ghislain - EVIGNY (Ardennes)
samedi 23 février 2013 à 18h54, par  MARRY Ghislain - EVIGNY (Ardennes)

L’amiral Toussaint Guillaume de LAMOTTE-PICQUET, décédé le 10 juin 1791 (à 71 ans) a été inhumé soit dans le cimetière paroissial de l’église Saint-Louis (au centre de Brest) où furent célébrées ses funérailles, soit dans l’église elle-même !
Par ailleurs, il ne semble pas qu’il y ait eu transfert de sa tombe en tous cas dans le nouveau cimetière (vers 1793-1794) !

Cependant, avec le passage des hordes révolutionnaires et les bombardements anglo-américains de 1944, qui ont détruit l’église (reconstruite après guerre), sa sépulture n’a jamais pu être retrouvée.

Peut-être qu’un jour, au cours de travaux d’assainissement ou de la construction d’un parking souterrain, retrouvera-t-on sous le macadam, six pieds sous terre, les restes funéraires de cet adversaire redouté de la marine royale anglaise !

( Sources : service des Archives historiques de Brest )

jeudi 21 février 2013 à 02h42

Bonsoir philippe, je viens de trouver ceci

pour La motte Piquet, j’ai trouvé ici où il repose
http://fr.wikipedia.org/wiki/Toussa... au cimetière de Brest

pour Marbeuf, bien que né à Rennes, il serait décédé à Bastia, donc une petite piste.

amicalement

Logo de horvath
vendredi 31 juillet 2009 à 02h56, par  horvath

La station honore Xavier Jean Marie Clément Vernhet de Laumière (1812-1863), général d’artillerie, mort de ses blessures au Mexique. J’ignore où celui-ci fut inhumé.
la date de sa mort correspond à la fameuse bataille de Camérone toujours célébrée par la légion Etrangère, je vous suggère donc d’écrire au service historique de la légion étrangère, quartier vienot 1er RE 13400 Aubagne pour savoir s’il n’est pas inhumé au Mexique (où il y a un monument) avec les autres tués de la bataille.
en toute amitié
mme horvath

Navigation