FERNANDEL Franck (Franck Contandin : 1935-2011)

Père-Lachaise - columbarium, case 9266
lundi 2 avril 2012
par  Philippe Landru

Fils de l’acteur Fernandel, il débuta au cinéma aux côtés de son père dans En avant la musique (1962) avant d’être la vedette du film musical Cherchez l’idole (1964). La même année, il tint le rôle d’Antoine Lartigue dans L’Âge ingrat réalisé par Gilles Grangier, avec Jean Gabin et Fernandel.
Il embrassa rapidement une carrière de chanteur avec un répertoire de crooner.
Parallèlement à sa carrière de chanteur, il devint animateur radio sur Europe 1 en 1971 puis sur RMC de 1977 à 1980. Toute sa vie il résida dans la villa familiale « Les Mille Roses » située à Marseille dans le quartier « Les Trois Lucs », une propriété achetée par son père en 1934.

Crématisé à Aubagne, c’est assez étrangement dans le columbarium du Père Lachaise que ses cendres furent déposées : la plaque qui les recouvre vient d’être posée (mars 2012).


Retour au cimetière du Père-Lachaise


Commentaires

Logo de HolyvieR
FERNANDEL Franck (Franck Contandin : 1935-2011)
samedi 7 mars 2015 à 22h10 - par  HolyvieR

Je suis tout à fait d’accord avec vous monsieur Jacob : Gilles Grangier était un excellent artisan, un exceptionnel réalisateur qui a signé de nombreux chefs d’oeuvre du cinéma français (il y en a tellement que je ne vais pas m’amuser à les citer !)

Je viens de regarder le film « Histoire de chanter », réalisé en 1946, avec Luis Mariano, Noël Roquevert et Julien Carette. Un film à la fois drôle et fantastique (que l’on pourrait rapprocher au film « Les yeux sans visage » de Georges Franju), du au génie de Gilles Grangier, qui vient tout juste de sortir en DVD. A conseiller pour les amoureux du bon vieux cinéma d’autrefois.

Logo de Christophe JACOB - Les Gens du Cinéma
FERNANDEL Franck (Franck Contandin : 1935-2011)
samedi 7 mars 2015 à 18h52 - par  Christophe JACOB - Les Gens du Cinéma

@ Luc P. :

Votre réquisitoire contre le réalisateur Gilles GRANGIER est un tantinet excessif ; d’ailleurs, vous le dites vous-même : c’est davantage le choix du scénario, plus que le « métier » du réalisateur, qui est à incriminer... On peut éventuellement reprocher à Grangier de mal choisir ses scénarii sur la fin de sa carrière (il faut dire qu’il tournait beaucoup, et pour cause, il a fait beaucoup de succès commerciaux, à défaut de succès critiques, et des acteurs comme Gabin, Fernandel, Ventura, de Funès ou même le duo Roger Pierre/Jean-Marc Thibault, sont tous passés entre ses mains pour assurer leur pérennité auprès du grand public...), mais un monstre sacré est bien difficile à diriger, et quand un scénario est mauvais un bon metteur en scène aura quand même du mal à sauver la mise.... Rappelons aussi que Gabin et Fernandel s’étaient associés en tant que producteurs à cette période (la GAFER) et que leurs choix sous cet insigne étaient peut-être moins judicieux.... A défaut d’apprécier pleinement des films de pur divertissement comme « Archimède le Clochard » ou « Les Vieux de la vieille », il faut quand même peut-être redécouvrir des « petites perles » telles que « 125 Rue Montmartre » ou « Le Rouge est mis » pour se rendre compte que Grangier était un très bon artisan... FERNANDEL, quand il s’est lui-même essayé à la réalisation, n’a pas tenu toutes ses promesses (cf. ’Adhémar" en 1943 que Fernandel a repris pour assister Sacha GUITRY, malade, et que celui-ci a désavoué après coup, jusqu’à se brouiller avec l’acteur !!!!)

Logo de Luc P.
FERNANDEL Franck (Franck Contandin : 1935-2011)
samedi 7 mars 2015 à 13h44 - par  Luc P.

:-( il est vrai que les deux films sont tout aussi médiocres, l’un et l’autre. C’est dommage, car avec un bon scénario, ces deux films seraient des chefs d’oeuvres. il fallait mettre derrière la caméra des personnages comme Sautet, ou Truffaut, pour réunir ainsi les deux monstres sacrés Gabin et Fernandel. Certains journalistes ont racontés que Fernandel était hautain avec Bourvil sur le film « la cuisine au beurre ». Ce n’était pas le cas, car en fait le scénario ennuyait Fernandel. En fait, il avait une très grande estime de l’acteur Bourvil, et il regrettait tout simplement que le scénario, et le film, ne soient pas à la hauteur de l’ambition du projet.

Logo de Firmin Costello
FERNANDEL Franck (Franck Contandin : 1935-2011)
vendredi 20 février 2015 à 20h55 - par  Firmin Costello

:-) Merci, c’est exactement ça : le film est bien « l’âge ingrat », merci à vous. J’ai confondu ...Désolé !!!

Logo de Firmin Costello
FERNANDEL Franck (Franck Contandin : 1935-2011)
lundi 9 février 2015 à 12h55 - par  Firmin Costello

:-( Fernandel avait une devise : le comédien doit se débrouiller lui-même, et si il souhaite percer, c’est à lui-même de le faire. Ainsi, Fernandel n’aida jamais ses frères Sined et Fransined. Il tenait ça des caf’conc, et des cabarets, ou dans les années 1920-1930, monter une revue pour un comédien était une bataille pour en écarter d’autres. la concurrence était rude. Un monde sans pitié. Toutefois, pour le film « la cuisine au beurre » avec Gabin, si le fils de Fernandel fut engagé, c’était du fait du désistement soudain du fils de Gabin, qui ne souhaitait pas faire du cinéma. Franck Fernandel lui-même regrettera d’avoir participé à ce film, qu’on lui citait souvent, et qu’il n’aimait pas vraiment. il approuvera par la suite ce que pensait son père, mais sa figure était trop puissante, et il avait du mal à exister par lui-même. Du moins, si il s’engageait vers un projet artistique, on lui rappelait toujours son père, et souvent, le film « la cuisine au beurre », qui devint avec le temps un boulet. En fait, vraiment, Franck Fernandel n’était pas un « pistonné », comme d’autres, mais des erreurs de choix ont fait qu’il n’était pas l’artiste qu’il devait être, tout comme il y avait des jalousies aussi.

Logo de Jean-Luc Sabatier
lundi 9 février 2015 à 18h33 - par  Jean-Luc Sabatier

@•Firmin costello
Je pense que vous voulez parler du film l’age ingrat avec Gabin et non pas de la Cuisine au beurre qui est avec Bourvil et dans lequel n’apparaît pas Franck Fernandel.

Logo de Charlesse Ponthier
FERNANDEL Franck (Franck Contandin : 1935-2011)
jeudi 22 janvier 2015 à 22h51 - par  Charlesse Ponthier

:-( avant toute chose, Franck Fernandel cherchait à être et exister, face à un père archi-connu et envahissant. Ainsi, si il était inhumé avec son père, il savait que ce ne serait pas à lui que le passant penserait. Il serait effacé, comme certains noms qui s’effacent des stèles. ainsi, incinéré, il a été, et c’est lui qui non seulement à décidé, mais aussi, il à porté son propre regard. ainsi, il est mort, mais semble plus que jamais vivant.

Logo de Thierry
FERNANDEL Franck (Franck Contandin : 1935-2011)
lundi 3 novembre 2014 à 14h11 - par  Thierry

Ses deux sœurs Josette et Janine vivent à Paris, ainsi que son fils Vincent.
Fernandel et son épouse Henriette reposent eux aussi à Paris. Franck souhaitait ramené ses parents sur Marseille, mais ne le put administrativement. Fernandel avait souhaitait être enterré dans sa propriété des mille roses, mais n’avait obtenu l’autorisation. Aujourd’hui cette belle propriété où Franck souhaitait y réaliser un musée, en vain, a été vendue. Propriété qu’il avait eu du mal à conserver.

Logo de Avrom Herzog
FERNANDEL Franck (Franck Contandin : 1935-2011)
mardi 1er juillet 2014 à 20h07 - par  Avrom Herzog

:-(c’est ce qui arrive souvent aux enfants des grandes vedettes, surtout si ils veulent suivre les pas de leur parents. Un étrange complexe, qui consiste à vouloir rester singulier juste au bout, quite à s’éloigner de la figure tutélaire (le parent célébre) à la fin. Ce qui ne veut pas dire, en aucun cas, qu’il n’aimait pas son pére.

Logo de Marc Crémieux
FERNANDEL Franck (Franck Contandin : 1935-2011)
mardi 3 décembre 2013 à 18h54 - par  Marc Crémieux

:-(Son fils et sa fille vivent à Paris, ce qui explique sa présence ici. Il n’y a plus de vedettes à Marseille, exceptés Goldman et Gaudin.

Logo de GEGE71
FERNANDEL Franck (Franck Contandin : 1935-2011)
mardi 3 avril 2012 à 20h13 - par  GEGE71

Je lui rendrai « visite » lors de mon prochain passage au Père Lachaise car j’aimais ce qu’il représenait : Le midi , la bonne humeur et la chanson française .
Je suis tout de meme surpris qu’il n’ai pas rejoint son père dans le meme cimetière parisien.

Site web : FRANCK FERNANDEL
Logo de troclet
vendredi 8 février 2013 à 02h05 - par  troclet

je ne comprend pas pourquoi franck n’est pas a coté de son pere (fernand) au cimetiere de passy !!j’aimais aussi bien franck que fernand !reposez en paix !

Logo de cp
lundi 17 septembre 2012 à 18h40 - par  cp

Un jour dans une émission de Michel Drucker consacrée à Gabin et Fernandel, une des filles de Gabin comparaît, avec un certain dépit, le coquet héritage laissé à ses enfants par Fernandel, par rapport à celui dont avaient dû se contenter elle, et ses frère et sœur !

Ptêt qu’il est des opulences qui ne renforcent pas la fraternité !

Logo de tina
lundi 17 septembre 2012 à 18h24 - par  tina

je ne comprends pas non plus qu’il ne soit pas avec son pére , dans cette belle tombe à Passy ,c’est triste , encore des histoires de famille ?

Site web : pourquoi ?

Navigation

Articles de la rubrique