MORTIER de TRÉVISE famille

Père Lachaise - 28ème division
samedi 19 novembre 2011
par  Philippe Landru

La chapelle familiale des Mortier de Trévise, massive et anonyme hormis son blason, se trouve au coeur de la 28ème division du Père Lachaise. Y reposent, parmi d’autres membres de la famille :

- Adolphe Edouard Joseph MORTIER, duc de TRÉVISE (1768-1835) : engagé dans la Garde nationale au début de la Révolution, il servit dans l’Armée du Nord et se distingua lors des batailles de Jemmapes et de Fleurus. Commandant de l’avant-garde de l’Armée de Sambre-et-Meuse, puis ayant servit en Suisse, il fut confirmé au grade de général de division en 1799. Affecté à l’armée chargée de conquérir le Hanovre en 1803 ; il occupa et soumit le pays. Il fut nommé maréchal d’Empire en 1804. Il participa à la bataille d’Austerlitz puis à la campagne de Prusse. Après la signature de la paix, il fut nommé gouverneur de la Silésie et duc de Trévise. Il intervint ensuite en Espagne.

Gouverneur de Moscou lors de la bataille de Russie, il eut l’ordre de faire sauter le Kremlin après le départ des troupes françaises mais se contenta de détruire l’arsenal et les casernes. A la première abdication, Mortier, devenu immensément riche, se rallia à Louis XVIII, qui le fit pair de France. Napoléon revenu, il le soutint sans grand enthousiasme. Malade, il ne prit aucune part à la campagne de Belgique. Il accepta ensuite de faire partie de ceux qui jugèrent Ney, mais le jury s’étant déclaré incompétent ; ils furent disgraciés par le roi.

Elu député, il retrouva après 1830 tous ses titres de gloire. Il fut alors brièvement ambassadeur en Russie, encore plus brièvement ministre de la Guerre. Il dirigeait le gouvernement lorsque, le 28 juillet 1835, lors d’une parade de la Garde nationale, il fut tué par l’explosion de la machine infernale de Fieschi dans un attentat contre Louis-Philippe. Il fut inhumé dans la crypte des Gouverneurs des Invalides, plus précisément dans la crypte de la chapelle Saint-Grégoire avec les autres victimes de l’attentat de Fieschi. Seul son coeur se trouve dans cette chapelle de famille.

- Napoléon MORTIER, duc de TRÉVISE (1804-1869) : fils du précédent, il fut pair de France. Sénateur en 1853, il fut également chambellan de Napoléon III. Il hérita du château de Sceaux qu’il transforma pour lui donner son aspect actuel.

- L’historien Philippe de COSSÉ-BRISSAC (1905-1963), descendant des Mortier par sa mère, qui se spécialisa dans l’étude du Maroc. Il fut inhumé dans cette chapelle, comme en témoigne la plaque funéraire qui s’y trouve encore, mais fut en réalité transféré en 1999 au cimetière de Sainte-Barbe-sur-Gaillon dans l’Eure.


Retour vers le Père Lachaise


Commentaires