cimetière de LA VILLETTE

visité en juillet 2006
vendredi 8 février 2008
par  Philippe Landru

Le cimetière qui se visite aujourd’hui, tout proche du quartier de la Mouzaïa, est le quatrième qui ait existé sur ce qui fut l’ancienne commune de la Vilette : les deux premiers furent fermés en 1806 à l’occasion de l’inauguration du troisième, qui se situait le long de l’actuelle avenue Corentin Cariou. L’actuelle nécropole ouvrit ses portes en 1828 : une tombe existe encore datant de cette époque, celle de François Jean-Baptiste Quintainne, décédé en 1829.

Le cimetière se présente sous la forme d’une équerre d’un peu plus d’un hectare. Une allée ombragée bordée de chapelles en forme l’axe central.

Ici, aucune célébrité de première grandeur n’a jamais été inhumée. Même les « seconds couteaux » sont durs à trouver. Le cimetière ne manque pourtant pas de charme : c’est un enclos pour les habitants du quartier, car les touristes n’y vont pas.


Curiosités


- ce cimetière pourrait avoir un thème : les morts accidentelles. Le cimetière possède effectivement un nombre très importants de résidents décédés ailleurs que dans leur lit. Ca et là, nous avons trouvé :

* Juste Mougeot (1846-1864), élève des Arts et Métiers, « mort en sauvant un jeune homme qui se noyait ».

* le soldat Maurice Thiery, tué en 1917 au Chemin des Dames, dont la tombe est ornée d’un très beau buste.

* une violoncelliste « morte accidentellement » en 1960.

* deux des vingt victimes de l’incendie, en 1973, du CES Edouard Pailleron (Marianne Debreux et Nathalie Rohner).

* un homme décédé tragiquement en 1985 dans l’attentat de la rue Riquet.

Et la liste n’est pas exhaustive, loin de là. Comme tous les cimetières des quartiers populaires, les saignées des deux guerres apparaissent sur les tombes.

- artisans et ouvriers sont très présents dans ce quartier industrieux, en particulier les bouchers , La Villette et ses abattoirs obligent.

- La tombe de François Servant ( 1887-1962 ) , compagnon charpentier du Devoir , et de sa femme Jeanne Servant ( 1888-1961 ) « mère » des compagnons. Une fois par an une délégation de compagnons vient se recueillir sur leur tombe.

- Sur une tombe de bibliophile (?), un parchemin minéral cite Victor Hugo : « Les livres sont des amis froids et surs ».

- quelques sculptures, assez rares néanmoins


Célébrités : les incontournables...


Même en cherchant bien...


... mais aussi


- Le peintre Gabriel ALBINET (1865-1930).

- Lucien DESCAVES (1861-1949) : cet écrivain naturaliste français dont l’antimilitarisme de son Sous-Offs, en 1889, fit grand scandale, fut l’un des membres fondateurs de l’Académie Goncourt. Il fréquanta l’élite litteraire de son temps, et fut toute sa vie proche des milieux anarchistes. Avec lui repose son fils, l’écrivain Pierre DESCAVES (1896-1966).

- Le peintre catalan Antonio GUANSÉ (1926-2008), qui entama sa carrière en dessinant des portraits et des paysages de Cerdagne, en particulier des scènes de pêcheurs et de paysans. Il s’installa à Montmartre en 1954 et commença à peindre en Hollande, en Allemagne et en Écosse. Initiateur du langage plastique « nouvelle figuration » en 1959, Antonio Guanse a reçu le Prix de la Critique à Paris en 1962.

- Auguste HENG (1891-1968) : ce sculpteur suisse se spécialisa dans les oeuvres dites « coloniales » et participa à la croisière noire d’André Citroën. Il est l’auteur de la pleureuse de pierre qui orne sa tombe.

- L’artiste-peintre Laszlo IVANYI, né en 1934, n’est pas décédé mais sa tombe, qui recevra également son compagnon, est déjà prête. Cet artiste propose une oeuvre à caratère homo-érotique (www.laszlo-ivanyi.com).

- L’architecte Fernand JOUVENTE (1888-1955).

- Le conseilleur municipal et général Gaston PINOT (1877-1936), qui donna son nom à une rue toute proche du XIXe arrondissement.

- Le comédien Georges STAQUET (Jules Lehingue : 1932-2011)  : mineur de fond dès l’âge de 14 ans, Georges Staquet quitta son Nord natale pour tenter sa chance à Paris, où il suivit une troupe de théâtre. Des années 60 à nos jours, Georges Staquet a joué dans de nombreux films, séries et pièces de théâtre, sous la houlette des plus grands réalisateurs et a donné la réplique aux grands du cinéma. Au cinéma, Georges Staquet s’est illustré dans les films Pierrot le fou (1965) de Jean-Luc Godard, La bonne année (1973) de Claude Lelouch, La Zizanie (1977), Germinal (1992), Le maître d’école (1981), 3 films de Claude Berri et dans IP5 : L’île aux pachydermes de Jean-Jacques Beineix. Il fut également populaire dans les séries Belphégor ou le fantôme du Louvre et Les Rois Maudits. Bref un nom peu connu mais une « gueule » tr_ès populaire du cinéma français. Avec lui repose son épouse et sa muse, l’écrivaine et peintre Tania STAQUET (1934-2010), décédée un an avant lui, quasiment jour pour jour. Leur tombe, au fond et à droite du cimetière, se signale par la présence d’un petit olivier.


Commentaires

Logo de Martinetti Jean luc
cimetière de LA VILLETTE
jeudi 31 octobre 2013 à 16h24 - par  Martinetti Jean luc

Ce 31 Octobre 2013 j’apprends par La Presse Le Parisien : le classement du Cimetière de Montmartre Monument Historique au même titre que Le Père Lachaise et que La Mairie de Paris avait beaucoup travaille le Dossier que l’APUR menait Une étude sérieuse et Patrimoniale afin de compléter le Dossier d’enquête publique préalablement au classement du site et que La Commission régionale du Patrimoine et des Sites avait déja émis un avis favorable à l’inscription Aux Monuments Historiques de certains monuments ... En tant que Parisien je m’en réjouis et je viens de prendre Ma plume et d’ecrire a Monsieur Bertrand Delanoé Maire de Paris pour lui demander de bien vouloir étendre Cette Mesure aux autres cimetières de Paris Intra-muros et notamment à celui de La Villette en lui rappelant que je lui avais écris déja longuement sur le sujet au moment ou il préparait La Candidature de Paris aux Jeux Olympiques de 2012 ainsi que à Monsieur Le Conservateur du Père Lachaise , courriers auxquels je n’ai jamais de réponse ni de l’un ni de l’autre ! J’ai également profiter de rappeler à Monsieur Le Maire l’Oubli fait par Le Service Historique de La Ville de Paris fait sur la Non Installation d’une Plaque Historique devant l’entree de ce Cimetière comme ailleurs dans Paris et rue de Flandre devant Le Supermarché DIA et qui commémore l’emplacement du Cimetière Israélite de La Villette dit Cimetière des Juifs Portugais . J’espère que La Mairie de Paris réparera cette erreur et que La Politique de Gestion de La Villette changera tout en regrettant que presque tout Le Meilleur soit déja parti .

cimetière de LA VILLETTE
mercredi 30 octobre 2013 à 16h53

Ce 25 Octobre 2013 ; J’ai adressé Un Courrier à Monsieur JF Dagnaud Maire du 19 éme arrondissement pour lui demander d’intervenir auprés du Service compétent de La Mairie de Paris chargé de l’installation des Plaques historiques « Histoire de Paris » pour lui demander pourquoi ? Le Cimetière de La Villette avait été oublié ? et de bien vouloir réparer cet Oubli . Je suis dans l’attente d’une réponse et peut-être en cette veille d’élections municipales peut-être est-il judicieux de se rappeler à Nos Elus ... Pour mémoire j’avais adressé Un Long Courrier en ce sens et sur les Problémes du Cimetière de La Villette ... ( perte d’identité de Romantisme ...demande que les concessions reprises fassent l’objet d’une reconstruction à l’identique comme il a été envisagé au Père Lachaise ou restauration de certains édifices remarquables problémes des Méméres Chats avec bassine de Viande fraiche sur les tombes installation de distributeurs de croquettes et paniers chat griffoirs etc ... dans les Chapelles et qui contribuent à leur dégradation ...et reprise par La Ville en s’apparentant pour moi a de La Profanation de Sépulture .... je veux rassurer j’aime Moi aussi les Animaux ....mais La Décence impose ses limites !)... à Monsieur Bertrand Delanoé Maire de Paris et Copies a Monsieur Le Conservateur du Père Lachaise dont depend La Villette .... C’est vrai c’etait au Moment de La Candidature de Paris aux Jeux Olympiques .... Je n’ai jamais eu de Réponses de Personne ..... Et les Dégradations ont continue et Beaucoup de Jolies choses ont continué à disparaitre .... Attendons ...!

Logo de Martinetti Jean-Luc
cimetière de LA VILLETTE
mardi 15 octobre 2013 à 18h27 - par  Martinetti Jean-Luc

Pour être un tant soit peu complet dans les informations partagées sur le site du Cimetiére de La Villette et les quatres autres Cimetiéres qui ont existé avant sur La commune de La Villette j’ai oublié de mentionner également Le Cimetière des Juifs Portugais de Paris dans les Jardins de l’Auberge Etoile . Actuellement se trouvant au 44 rue de Flandre , ou Une Plaque Histoire de Paris en forme de Stéle a été installée pour commemorer le Lieu . ( 1780 - 1810 date d’abandon ) . Cf Jacob Rodrigue Péreire ...
Il serait souhaitable et je déplore que La Mairie de Paris ( le service Histoire de Paris ) n’est pas eu l’Idée et la Volonté d’installer une plaque devant le Cimetiére de La Villette de la rue d’Hautpoul pour en vulgariser Son Histoire .... et la rendre accessible à Tous !

Logo de Martinetti Jean-Luc
cimetière de LA VILLETTE
lundi 14 octobre 2013 à 19h16 - par  Martinetti Jean-Luc

Complément d’informations Sur l’histoire de La Lunette et Ses Pionniers Canton du Haut Jura de Morez . Consulter Le Livre « La Petite Fille des Rivieres » Histoire de La Lunetterie française et le site du Musée de L’Optique et de La Lunette de Morez .

Logo de Martinetti Jean-Luc
cimetière de LA VILLETTE
lundi 14 octobre 2013 à 16h56 - par  Martinetti Jean-Luc

Le Cimetière de La Villette a ouvert ses portes en 1828 .
C’est la quatriéme nécropole successive de l’ex-commune de La Villette , annexée à Paris en 1860 .
Le Cimetière primitif se trouvait au chevet de l’ancienne église du village , qui avait été élevée au xveme siécleà la hauteur du numero 132 de l’actuelle rue de Flandre .
En 1770 , un deuxiéme cimetière fut créé devant le portail de cette même église. Ces deux nécropoles sont restés en activité jusqu’en 1806 , date de l’aménagement ? plus au nord , d’un troisiéme champ de repos entre les numéros 51 et 57 de l’avenue du Pont de Flandre de nos jours Corentin Cariou , lui même fermé en 1831 , trois an après la création du Cimetière de La rue D’Hautpoul .
Ce cimetière quoique assez vaste , à l’origine fut agrandi en 1843 . Sa superficie de 1,50 hectare il totalise de nois jours 2500 concessions ,ombragées par une centaine d’arbres : des érables tilleuls quelques marronniers ...On y trouve un Monument du souvenir d’origine en l’espéce une Colonne tronquée et une très belle Allée pavée comme dans tous les cimetières anciens de Paris .... Et c’est un lieu qui a souvent servi de décor a des oeuvres cinématographiques par Le Romantisme qu’il a toujours inspiré et qui malheureusement au fil du temps s’émousse un peu par la Reprise des Concessions réputées en état d’abandon par La Mairie de Paris et La Direction des Cimetieres .... Ce Cimetière depend administrativement et est Géré par Le Père Lachaise dont il est satelite et l’on peut regretter que la même politique n’y soit pas appliquée dans la pesure du possible : Le remplacement des Tombes a l’Identique .... ce qui aurait permis de garder son Caractère Authentique .... pour ma part j’ai vu partir de magnifiques monuments depuis bientôt 35 ans que je fréquente cet endroit et j’ai vu détuire dans l’alléee principale en rentrant sur la droite un Magnifique monument Temple maçonnique de la création du cimetiére dont l’Architecture etait en pleine filiation avec Les Bâtiments et Créations de l’Architecte Nicolas Ledoux et qui s’apparentait a La Rotonde de La Villette et des Autres Octrois de Paris ...Parmi les personnes inhumés au Cimetiére de La Villette je ne reprendrai la Liste Faite sur ce site dédié au cimetière de France et D’ailleurs qui est trés bien fait et intéressant je partagerais simplement quelques informations complémentaires et non exhaustives : Quelques membres de La Famille de Rothschild ; etaient ils en lien avec La Fondation Ophtalmologique Rothschild dans le xixeme en Bas du Parc des Buttes Chaumont Rue Manin avenue Sécretan ... La Famille Weber propriétaires du Pavillon Weber dans Le Parc Restaurant et Salon de Thé .... Ce cimetière proche des anciens Abattoirs de La Villette on y trouve des Sépultures de Bouchers , comme celui de La Famille Camus et bien d’autres anonymes dont il est intéressant de faire La découverte en ouvrant bien les yeux ....J’ai parlé lors de ma précédente communication du Grand Père de Mon Compagnon Charles Chambard Pionnier de l’Optique française au côtés de Georges Lissac tous deux Jurassiens d’Origine et pour Georges Lissac Maire de Morez Capitale de La Lunette et de l’Optique .... C’est lui rendre Hommage que d’écrire ces quelques lignes et pour l’homme qu’il fût Républicain laÏque et libre penseur et qui connut La Guerre de 1914 dans les Balkans et qui était Un Philanthrope né et dont Son Intelligence anima toute Sa Vie personnelle et Professionnelle .... A noter à côté de sa tombe P8 1929 a l’entrée par l’alléee sud division 4 une trés jolie tombe en forme de Cénotaphe ornée d’une Palette d’artiste en bronze .... la aussi ce doit être un Artiste peintre dans l’anonymat le plus complet .... Jean-Luc Martinetti Paris Exelmans 75016

Logo de Martinetti Jean Luc compagnon du Petit fils de Charles Chambard Marc Dubuisson et Concessionnaires de La Tombe de Notre Grand Pere ....
cimetière de LA VILLETTE
vendredi 27 septembre 2013 à 17h51 - par  Martinetti Jean Luc compagnon du Petit fils de Charles Chambard Marc Dubuisson et Concessionnaires de La Tombe de Notre Grand Pere ....

P8 1929 Division 4 Charles Chambard Pionnier de l’Optique Francaise aux cotes de Georges Lissac ( Pere Lachaise a cote de la Tombe de Colette entree principale .... ) Jurassien d’Origine Morez Capitale de La Lunette et aux Marais de Morbier ou il y eu une Fabrique de Lunettes .... cf Histoire de l’Optique ... Puis au debut du 20eme siecle Boutique avenue Secretan (80 ? ) en face La Fondation Ophtalmologique Rotschild .... Puis fonda la 1ere Boutique d’Optique en Vendee aux Sables d’Olonne sur Le Remblai en 1932 ....

Logo de LEVANTAL Jean
LA VILLETTE : cimetière
mercredi 12 mars 2008 à 13h14 - par  LEVANTAL Jean

12 mars 2008

Objet : LA VILLETTE.

Monsieur,

Après avoir lu vos lignes sur le cimetière de La Villette, je vous envoie, pour votre documentation, quelques précisions relatives au cimetière de La Villette et aux tombes Quintainne qui y subsistent :

François Jean Baptiste Quintainne (ca1792 - 24/10/182) dont vous citez la tombe, habitait 18 Grande rue à la Villette dont il était conseiller municipal.

D’une fratrie de sept enfants, il était frère de mon arrière-arrière grand mère Marie Jacques Quintainne (19/10/1790 - 15/11/1859) épouse de Noël Jean Lalonde (1789 - 03/07/1868) inhumée un peu plus loin avec son mari dans le cimetière (n° 52 du cadastre, concession perpétuelle 8P du 15/11/1859, 1ère division, 6ème ligne, n° 6). Marie jacques et Noël Jean s’étaient distingués à La Villette par la naissance de dix sept enfants…

A l’origine, les Quintainne de la Villette sont issus de Cyprien Quintainne, maître jardinier Grande rue du Faubourg Saint Denis à Paris au début du 18ème siècle, dont les fils Jean Pierre, également maître Jardinier 96 rue du Faubourg Saint Laurent où il mourut le 09/05/1803, et Charles cultivateur à La Villette ou il décéda le 15/06/1809 comptèrent parmi les notabilités de la paroisse Saint Laurent puis de la Villette.

Fils de Jean Pierre Quintainne et père de François Jean Baptiste, dont vous citez la tombe, et de Marie Jacques, Jean Baptiste Quintaine (1768 - 27/04/1819), cultivateur et nourrisseur à La Villette où il habitait 6 rue Notre Dame, en fut après la Révolution Conseiller Municipal (avant son fils) - membre du Comité de Bienfaisance et Commissaire répartiteur des contributions.

L’actuelle avenue Segretan a d’ailleurs porté un temps le nom de Quintainne en souvenir de l’un d’entre eux, avant son nom actuel.

Quant à l’actuel cimetière, il ressort des archives de la Ville de Paris qu’il aurait pour partie été créé sur un terrain acquis auprès de la famille Quintainne.

On ne sera pas surpris de trouver la tombe de François Jean Baptiste Quintaine, mort en 1829 dans ce cimetière ouvert en 1828

Par contre, il est plus surprenant de trouver, immédiatement face à cette tombe, la sépulture plantée d’arbustes de son père Jean Baptiste Quintaine, mort le 25/04/1819 ( soit neuf ans avant l’ouverture du cimetière) et de sa mère Marie Geneviève Arnoult (décédée le 15/02/1841).

Le registre du cimetière - en assez mauvais état il est vrai - mentionne leur sépulture (1ère division, cadastre n° 11) en tant que concession perpétuelle accordée en 1819… c’est à dire alors que le cimetière n’était pas encore ouvert. En revanche, on n’y trouve aucune confirmation de l’inhumation de Jean Baptiste Quintainne, pas plus que de celle de Marie Geneviève Arnoult.
Ce faisant, subsistait bien sur le carré de la tombe, voici une vingtaine d’années, un fragment de stèle brisée - disparu entre-temps - où s’inscrivaient les lettre « taine » (fin du nom Quintainne) et « noult » (fin du nom Arnoult).

Je n’ai pas d’explication à cette étrangeté, sinon qu’il pourrait s’agir d’un transfert effectué après coup depuis l’un des anciens cimetières, peut être avant qu’il soit démoli.

Il est dommage que disparaissent peu à peu les tombes les plus anciennes de ce cimetière qui, groupant des gens qui étaient tous plus ou moins cousins, était à l’origine presque un cimetière villageois de famille (Familles Arnoult, Auvry, Chotard, Cottin, Coursière, Lalonde, Larcher, Lezier, Michel, Morin, Rainteau, Ruault, Quintainne, Toffier, Trottin).

Recevez l’assurance de ma considération distinguée.

Jean LEVANTAL

5, rue Coq Héron,
75001 Paris
e-mail : darelkheir@yahoo.

Logo de Martinetti Jean-Luc
lundi 14 octobre 2013 à 17h09 - par  Martinetti Jean-Luc

Cher Monsieur .
J’ai lu avec attention et intérêts les informations que vous avez bien voulu nous donner en partage sur le cimetière de La Villette et sur les Membres de Votre Famille et Les Quintainne Maîtres Jardiniers .... je ne resiste pas a vous demander si Quintainne est a rapproché avec La Quintinie ( ou 2 nn ) Jardinier du Roi Louis xiv à Versailles ? ....
Bien Cordialement .
Jean-Luc Martinetti Paris Exelmans 75016

Logo de Martinetti Jean-Luc
mercredi 12 mars 2008 à 14h19 - par  Philippe Landru

Merci infiniment pour ces compléments d’informations que je trouve très intéressants, tant sur la genèse des cimetières parisiens que sur l’aspect « villageois » des quartiers de Paris à l’origine. Je suppose que la tombe Quintainne de 1819 fut transféréé du 3ème cimetière qui se situait le long de l’actuelle avenue Corentin Cariou, et qui officia de 1806 à 1831.

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?