VERNOU-SUR-BRENNE (37) : cimetière

visité en décembre 2010
lundi 10 janvier 2011
par  Philippe Landru

Il faut escalader une pente bien abrupte pour arriver, en haut de plateau, au cimetière de Vernou-sur-Brenne. Là, dans un paysage de vignobles à perte de vue, se détache le petit cimetière entre ses quatre murs. Il était à l’origine en fond de vallée de la Brenne, mais pour des raisons de crue, il fut transféré en 1874 sur le coteau.

La personnalité la plus notable du lieu est le pédiatre Robert DEBRÉ, dont la tombe est présentée dans un article global sur la dynastie Debré.

Une autre tombe surprend néanmoins. Contre le mur, une composition sculptée rassemble l’ensemble des symboles et rituels de la franc-maçonnerie et du compagnonnage, à savoir trois personnages représentant trois fondateurs légendaires : Salomon, Maître Jacques et le père Soubise.

Il s’agit de la tombe de Roger LECOTTÉ (1899-1991). Il travailla durant plusieurs années dans des banques, et des entreprises commerciales et industrielles avant d’être nommé en 1936 directeur du Pavillon d’Ile-de-France à l’Exposition universelle de 1937. En novembre 1941, Roger Lecotté entra à la Bibliothèque nationale où il se vit confier le classement des fonds maçonniques confisqués par le Gouvernement de Vichy. Il organisa plusieurs expositions sur le compagnonnage et créa à Tours en 1968 le Musée du Compagnonnage, puis celui des vins de Touraine en 1975.

Ce panneau sculpté est l’oeuvre de Raymond Debenais.


C’est également à Vernou que fut inhumé le général Jean Marie Noël DELISLE de FALCON de SAINT-GENIÈS (1776-1836), à la carrière impressionnante qui dura du consulat au règne de Louis-Philippe ! Son nom figure sur l’Arc de Triomphe de Paris. La tombe du général est creusée dans le cimetière de Vernou, au lieu dit La Croix-Buisée. Il ne subsiste de la tombe qu’une pierre plate, surélevée sur trois blocs de pierre de trente centimètres de haut ; l’ensemble, de guingois, entouré d’une balustrade de fer forgé rouillé. L’inscription est effacée. On devine plus qu’on ne lit : « Ici repose... Lieutenant-Général... » Le reste, trois lignes, est indéchiffrable...


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?