MARVILLE (55) : cimetière Saint-Hilaire

jeudi 11 juin 2009
par  Philippe Landru

Le village de Marville en Lorraine, un temps fief espagnol, se caractérise par une architecture particulière composée de façades Renaissance. Au XVIème siècle, le village était prospère et comptait 2000 habitants, de nombreuses familles nobles, bourgeoises ou commerçantes vinrent s’y installer. Ancienne cité prospère, dépendant à la fois des comtes du Luxembourg et de Bar, Marville s’est tout doucement endormie au point de passer du stade d’une ville médiévale importante à celui d’un village perdu.

A 2 km du village se trouve l’église romane de Saint-Hilaire : église primitive du bourg, abandonnée au profit d’une église construite dans le village dans la première moitié du XIIIe siècle, elle date du XIIe siècle mais fut très remaniée à l’époque gothique. Elle est entourée de son cimetière unique en France, car il offre encore aujourd’hui une grande quantité de pierres tombales des XVe-XVIIIe siècles. Dans les années 1875, les tombeaux de plein air les plus intéressants et les plus anciens ont été mis en sécurité à l’intérieur de la chapelle à la demande d’un inspecteur des monuments historiques. En 1931, le cimetière avec son mur de clôture, la chapelle Saint-Hilaire, l’ossuaire, la maison du gardien de cimetière, et l’ensemble des tombeaux, des bénitiers et des morceaux ou débris de sculpture conservés dans le cimetière ont été classés M.H. au titre des monuments ; plusieurs tombeaux encore dans le cimetière au moment de l’enquête en 1974 ont été déposés dans la chapelle au cours des dernières années.

Caractéristique notable du lieu : la présence de son ossuaire, datant de la fin du XVème siècle. Il fut « rangé » vers 1890 par Constant Motsch (1934-1902), gardien du cimetière, qui repose à son tour en ce lieu. Il abrite environ 40 000 crânes et os longs. Certains crânes sont enchâssés dans des « boites à crânes » en bois, en forme de tête d’horloge : il y en a 29, qui renferment les crânes d’hommes et de femmes de Marville décédés entre les années 1780 et 1860. A l’intérieur de l’ossuaire, des pancartes modernes proclament l’imprécation classique : « Nous avons été comme vous, Vous serez comme nous, Priez Dieu pour nous ».

C’est dans ce cimetière que furent enterrés depuis des siècles les gens du pays ainsi que les lépreux du diocèse de Trêve dont la maladrerie de Marville constituait l’avant-dernière demeure (juste avant le cimetière). Le « Christ des Lépreux » qui garde l’entrée des lieux est là pour en témoigner, tout comme la « Vierge des Lépreux » nichée non loin de là.

Le lieu est admirable : le grand nombre de stèles réalisées en calcaire jaune lui donnant des airs de Renaissance méridionale.

Le cimetière possède un grand nombre de sculptures religieuses. Deux des plus notables sont un Christ aux Liens du XVIe siècle attribué à l’école de Ligier Richer, ainsi qu’un ensemble de 4 stèles du début du XVe siècle dressées devant l’édicule du Jugement dernier, représentant les apôtres, à l’exception de Judas dont la place est restée vide ; elles servent de monuments à des dalles anépigraphes du 16e siècle, dont deux sont datées 1561 ou 1567 ; il est difficile de savoir si cette disposition est d’origine ou si ces stèles ne constitueraient pas plutôt les éléments d’un ensemble non identifié ; instruments de métier gravés sur les dalles.

Plus récemment, Marville, base aérienne de l’OTAN, fut occupée par des militaires canadiens de 1954 à 1967. Quarante et un membres de familles de militaires canadiens ont été enterrés à Marville – certains dans la section historique. Les pierres tombales, en forme de croix, étaient en mauvais état et devaient donc être réparées ou remplacées. Certaines pierres tombales avaient disparu. En 2003, le Canada a négocié un bail de 50 ans avec la Commune de Marville pour la location de lots du cimetière. Les croix ont été remplacées, les autres pierres tombales, nettoyées, et un monument commémoratif a été érigé, où sont gravés les noms de ceux dont la pierre tombale n’a pas été retrouvée. Une cérémonie d’inauguration a eu lieu en août 2003.

28 tombes du cimetière de Marville furent profanées en avril 2008, a priori par un groupe de jeunes gothiques néerlandais.


Merci à Robin pour cette série de très belles photos.


Commentaires

Logo de Teaspoon82
MARVILLE (55) : cimetière Saint-Hilaire
vendredi 10 novembre 2017 à 10h15 - par  Teaspoon82

Magnifique cimetière trouvé par hasard entre le Nord et l’Alsace.
Magnifique ossuaire saccagé il y a quelques temps par des imbéciles indécents...
Magnifique lieu qui est en cours de restauration... Mais qui jamais ne retrouvera sa splendeur d’antan :(

Logo de verena
MARVILLE (55) : cimetière Saint-Hilaire
vendredi 8 octobre 2010 à 00h24 - par  verena

Est-il possible qu’il y a une liaison entre le médicament Contergan qu’on donnait dans ces années aux femmes enceintes ? Moi aussi j ?ai vu les nombreux tombaux pour les petits bébés.
Je m’exccuse pour mon Francais, je suis de langue suisse allemande,

Logo de Verleysen Ferdinand
MARVILLE (55) : cimetière Saint-Hilaire
lundi 23 août 2010 à 10h21 - par  Verleysen Ferdinand

Quelle est la raison de la mort de tous les jeunes enfants canadiens ?Ils sont mort dans les annees 57-58-59-60.

Verleysen F.

Logo de cp
vendredi 2 août 2013 à 11h30 - par  cp

Cela m’est revenu après, cette dame prof d’anglais était canadienne. Peut-être était-ce la raison de son intérêt pour cette affaire. Coïncidence, elle me confia avoir une résidence secondaire en Bretagne, et nous nous aperçûmes qu’elle se situait à deux km du village natal de ma mère. Pour ça que ce souvenir de 1980 est resté gravé dans ma mémoire. En revanche la dame devait ignorer qu’une installation secrète de l’OTAN se trouvait sous ses pieds ! Un tunnel otanesque passe sous Lanvéoc-Poulmic...

Logo de cp
jeudi 1er août 2013 à 21h05 - par  cp

J’ai le souvenir, étudiant, d’un texte en anglais qu’une prof nous fît étudier. Cela concernait les Yvelines d’où il ressortait une recrudescence de cas de polio dans les années d’après-guerre. En fait, cette maladie frappait des enfants américains, ou assimilés, dont les parents travaillaient dans les bases de l’OTAN sises dans les Yvelines.

Beaucoup d’Américains habitaient Versailles, Saint-Germain-en-Laye, le SHAPE était implanté à Rocquencourt (Moi j’habitais le Chesnay…)

On s’aperçu que les transplantés de l’OTAN mangeaient beaucoup d’huitres non fraiches mais en bocaux, ou lyophilisées (Ne demandez pas au breton que je suis à quoi ça pouvait ressembler !), et ben ce genre de conditionnement favorisait la diffusion du virus, d’où une surreprésentation des malades de la polio là où était l’OTAN.

(C’est pas pour faire baisser les statistiques que de Gaulle les vira de France !)

jeudi 1er août 2013 à 20h41

correction ! ! ! la cause de la mort des jeunes enfants...

jeudi 1er août 2013 à 20h39

Lors d’une visite récente, un guide parlait de la polyomiélite qui serait la cause des jeunes enfants canadien.

Logo de carpe_diem
lundi 30 août 2010 à 10h51 - par  carpe_diem

Salut Ferdinand,

Je me suis posée la même question et j’ai fait des recherches en internet. J’ai trouvé ce site http://meuse.xooit.com/t2002-les-enfants-morts-de-marville.htm. Il y a une explication, même si c’est rien de spectaculaire. J’espère que celà satisfera ta curiosité :o)

carpe_diem

Navigation

Articles de la rubrique

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?