SAINT-CYR Renée (Marie-Louise Vittore : 1904-2004)

JPEG - 2.7 ko Cimetière du Château de Nice
mardi 9 juin 2009
par  Philippe Landru

BMP - 92.3 ko Comédienne de cinéma, elle obtint son premier rôle au cinéma en 1932, dans Les Deux Orphelines de Maurice Tourneur, dont elle était le personnage principal. L’essentiel de sa carrière de premier plan se déroula entre 1932 et 1943, période après laquelle elle s’est vue progressivement cantonnée dans des seconds rôles de dame mûrissante (jusqu’en 1955) ou franchement âgée (après 1962), mais toujours dans un registre précis : celui des aristocrates distinguées partant régulièrement en vrille. Ainsi, elle était dans la série mythique Palace la truculente « gardienne du bon goût »

Elle était la mère du réalisateur Georges Lautner qui la fit très souvent joué dans ses films. Doyenne du cinéma français, elle mourut alors qu’elle allait devenir centenaire. JPEG - 27.4 ko

JPEG - 8.5 ko Elle fut rejointe en 2013 par son fils, le réalisateur Georges LAUTNER (1926-2013). Avec une quarantaine de films à son actif en soixante ans de carrière, des Barbouzes à Flic ou voyou en passant par Le Professionnel, Georges Lautner a tourné toute la crème du cinéma populaire des années 60 et 70 : Jean-Paul Belmondo, Jean Gabin, Bernard Blier, Alain Delon, Lino Ventura, Jean Yanne, Mireille Darc, Pierre Richard…
En 1961, il avait rencontré le succès populaire avec Le Monocle noir, comédie policière avec Paul Meurisse. Deux ans plus tard, Georges Lautner avait connu la consécration avec Les Tontons flingueurs, comédie portée par les répliques cultes du dialoguiste Michel Audiard.

JPEG - 33.9 ko JPEG - 21.4 ko


Commentaires

Logo de Giraudier
SAINT-CYR Renée (Marie-Louise Vittore : 1904-2004)
samedi 12 septembre 2015 à 10h03 - par  Giraudier

Merci à cette grande actrice, paix à son âme, qu’elle repose en paix auprès de son cher fils Georges.
Merci à Mr Lautner pour tous ses filmes, pour la distraction qu’ils nous ont apportés. Merci Georges pour ta gentillesse.
très respectueusement à vous deux.
Colette Giraudier