Poster un commentaire à la suite de l’article...

mercredi 31 décembre 2008
par  Philippe Landru

RIS-ORANGIS (91) : fondation Dranem

En 1910, Armand Ménard, dit Dranem, achète le château de Ris pour y aménager une maison de retraite pour ses amis artistes. Celle-ci sera inaugurée en 1911 par le Président Armand Fallières. Il crée ainsi une association qui portera le nom de « Fondation Dranem » jusqu’en l’an 2000. Dans les sept (...)

En réponse à...

Logo de HolyvieR
jeudi 11 juillet 2013 à 16h16 - par  HolyvieR

Je reprend ici l’extrait qui m’intéresse de l’article : "Des artistes lyriques disparurent dans le naufrage. En leur mémoire un monument, dessiné par l’architecte Georges Wybo (1880-1943) fut construit à Ris-Orangis sur le terrain de la Maison de retraite des artistes lyriques de la Fondation Dranem.
Preuve de l’émotion suscitée par le naufrage, le monument fut inauguré en 1911 par Armand Fallières, président de la République. Le monument, avec la liste des artistes décédés porte le texte : “À la mémoire de nos camarades morts victimes du naufrage du « général Chanzy » dans la soirée du 10 Février 1910″. Le monument se trouve désormais dans le jardin d’une villa privée de Ris-Orangis. :-|"

Les corps retrouvés n’ont jamais pu être identifiés ! :’-( J’ai fait ici une liste des artistes disparus (qui devaient se produire sur la scène du Casino d’Alger) et écrit pour chacun une petite biographie pour leur rendre hommage.

- Francis Dufor était l’un des artistes les plus importants qui avait été embauché au Casino d’Alger pour la programmation de février 1910 et son directeur avait fait de nombreux efforts pour avoir le célèbre chanteur, qui était très réticent à faire des voyages maritimes . Il était alors âgé de 47 ans, était marié et avait deux enfants. Sa femme était également chanteuse.
Au retour d’une tournée à Monte-Carlo, Francis Dufour avait échappé à la fameuse inondation de 1910 qui avait ravagé Paris et sa banlieue mais n’avait pas pu éviter les événements qui ont lieu quelques heures après l’embarquement du « Général Chanzy », et qui mettrait fin à sa vie.
Mme Dufor avait écrit une lettre donnant des détails très explicites au sujet de son mari, concernant notamment les bijoux qu’il portait au moment du drame, de façon à identifier plus facilement son corps et le faire rapatrié à Paris et lui donner une sépulture chrétienne. Les descriptions n’ont pas beaucoup aidé l’équipe de sauvetage car elles ne coïncidaient pas avec les corps qui avaient été repêchés en mer ou dans l’épave dans les jours qui ont suivi la tragédie. Les restes du chanteur n’ont jamais pu être identifiés tout comme ceux des autres artistes qui participaient au voyage.
Francis Dufor était un chanteur, guitariste, compositeur et poète, connu pour son sens de l’humour et sa simplicité, qui a développé sa carrière entre les années 1890 et 1900, et surtout dans les dernières années du XIXe siècle, période où il avait obtenu ses plus grand succès. Cet artiste renommé fut avec le chanteur Félix Mayol (1872-1941) l’un des plus célèbre de son temps, mais qui contrairement à ce dernier a été complètement oublié ! En effet, aucune page ne lui a été consacré sur le site de référence « Du Temps des Cerises aux Feuilles Mortes » consacré aux artistes de la chansons d’autrefois, alors que de nombreux « petits formats » de son répertoire avaient été édités.
C’est Dufor qui a popularisé un genre jusque-là rare pour être ensuite développé avec grand succès dans les cafés-concerts : la chanson réaliste, saupoudrée d’humour et d’ironie, dépeignant la société parisienne et la réalité sociale du moment. Francis Dufour était une sorte de troubadour de son temps.
Le nom de Francis Dufor étaient souvent en vedette dans les programmes des grandes salles de spectacle et de café-concert dans la capitale : L’Alhambra, le Folies Bergère, L’Olympia, Moulin Rouge, Alcazar, Le Petit Casino Les Ambassadeurs, Le Théâtre de la Gaîté, l’Alcazar d’été, Le Trianon, le Théâtre Antoine, Le Concert Parisien, La Scala ou L’Eldorado.
Bien évidemment, sa mort tragique avait été profondément ressentie par la France de la Belle Epoque, non seulement par ses nombreux amis artistes et ses plus proches collaborateurs, mais aussi par son public fidèle.

- Marcelle Lafarre (nom de naissance : Rosalie Ottavi), célèbre artiste de la Belle Epoque, « diseuse grivoise », chanteuse d’un charme exquis et à la silhouette gracieuse
Une grande partie de la carrière Marcelle Lafarre s’était déroulé dans les music-halls de France et à l’étranger où elle obtient un grand succès. Mais elle était à Marseille où elle avait établi sa résidence permanente et où elle vivait heureuse avec sa famille au moment où elle embarqué sur le bateau infortuné.
Au mois de mars et avril 1907 elle se produisit avec le célèbre Félix Mayol au Théâtre de l’Alcazar de Marseille, avec qui elle était devenue une amie proche. Elle s’était mariée avec Sauveur Fasce, un pianiste et compositeur qui a travaillé dans une salle de cinéma à Marseille avec son piano accompagnant les films muets et avait d’ailleurs travaillé pendant un certain temps avec Mayol. En 1910, elle avait une fille âgée de six mois et son mari était resté à Marseille pour garder l’enfant.
Marcelle Lafarre était la soeur des Frères Dharvier, duo de chanteurs et comédiens, artistes de talent bien connus à l’époque dans le monde du vaudeville.

- La chanteuse Elise Henry, chanteuse de renom qui avait 28 ans au moment de sa disparition.
Elle revenait d’une tournée en Amérique et, à son retour en France, elle avait eu l’intention de prendre une pause mais en raison de la maladie soudaine de Mme Dufor, chanteuse et épouse de Francis Dufor, elle avait finalement accepté de se rendre à Alger pour remplacer son amie. Elle avait voyagé sur le navire « Général Chanzy » en compagnie du chanteur Dufor et, dans un premier temps, elle avait été confondue avec l’épouse de Francis Dufor c’est la raison pour laquelle dans les journaux de l’époque on a pu lire que cette dernière fut parmi les victimes du naufrage !

- Le fameux duo d’artistes de vaudeville Jolly-Velia (chanteurs, mimes et danseurs) formé par Marius Molinari et Velia Sonnino (36 ans et 30 ans, au moment du naufrage), tous deux d’origine italienne, mariés au début du siècle et domiciliés à Paris, puis à Strasbourg. On retrouvait leurs portraits sur de nombreuses affiches et magazines et étaient fort appréciés du public de la Belle Epoque. Leur carrière artistiques aura duré 15 ans. Ils firent des tournées dans toute l’Europe.

- Les Staklys, un couple d’artistes comiques belges travaillant à la barre fixe. Ils étaient mariés, lui avait 35 ans et elle 30. Ils venaient d’Anvers et avaient aussi été engagés pour jouer au casino d’Alger.

- Eugène Bourguignon qui était connu à la scène sous le pseudonyme de « Janiot », ami proche de Francis Dufor, faisait lui aussi parti de la troupe d’artistes qui étaient au bord du « Général Chanzy » le jour où le navire a coulé. Il était un comédien de théâtre et de film muet. Il voulait aller à Alger avec sa famille mais son fils de 4 ans ayant peur de naviguer en mer, il avait laissé sa femme et son fils à Paris, il était parti seul à Marseille pour embarquer vers son tragique destin.

HolyvieR, érudit décalé. :-P

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?