COUX-ET-BIGAROQUE (24) : cimetière

Visité en avril 2007
mercredi 31 décembre 2008
par  Philippe Landru

Le petit cimetière de Coux-et-Bigaroque a la particularité de posséder une tombe assez rare en France (mais très fréquente en Italie) : celle d’un jeune garçon mort à 8 ans en 1927 dont la photo, sur son lit de mort, orne la croix.

C’est dans ce cimetière que repose, dans le caveau familial, Pascale de BOYSSON (1922-2002) : ancienne élève de Dullin et de Tania Balachova, cette comédienne créa en 1961 avec Laurent Terzieff la compagnie théâtrale qui porte le nom de ce dernier, et qu’elle anima conjointement avec lui jusqu’à sa mort.

A quelques mètres d’elle repose également le journaliste renommé sous le Second empire Henri LASSERRE de MONZIE (1828-1900). Il écrivit, après la guérison miraculeuse d’une cécité, le livre Notre Dame de Lourdes, qui fut le plus fort tirage littéraire de tout le XIXème siècle, traduit en plus de dix langues, ce qui fit de lui, grâce également à d’autres ouvrages, l’historien officiel de Lourdes. Catholique fervent, ses Saints Evangiles furent néanmoins mis à l’Index en 1887. Il repose sous un médaillon en bronze de Martial de Roffignac. Sa tombe est également surmontée d’une Vierge.


Commentaires

Logo de Muriel Anastaze, metteur en scène, comédienne
COUX-ET-BIGAROQUE (24) : cimetière
dimanche 4 juillet 2010 à 12h41 - par  Muriel Anastaze, metteur en scène, comédienne

Laurent Terzieff vous a rejointe, vous qui lui manquiez tant. Vendredi soir nous répétions quand il mourait. Vous êtes deux maintenant à manquer cruellement à nos scènes.

Logo de Muriel Anastaze
COUX-ET-BIGAROQUE (24) : cimetière
vendredi 5 février 2010 à 16h35 - par  Muriel Anastaze

Je fus sur la tombe de Pascale de Boysson, comme on se rend chez une amie, pour boire un thé et parler de théâtre. Je venais de voir une pièce jouée par son compagnon, Laurent Terzieff, et c’est à elle que j’avais envie de parler. Il est des êtres comme cette femme dont on se sent si proche par ce lien mystérieux que le théâtre a tissé entre eux et nous.
Les humains meurent, d’eux ne reste rien physiquement, et pourtant j’ai voulu en allant sur cette tombe, dire merci pour les moments inouis passés à partager avec elle, sa compagnie, des textes vertigineux. Je continue. Vendredi soir, 19 février 2010, j’irai voir Philoctète joué par votre compagnon, au théâtre de Carouge, et je vous raconterai ...

Site web : Merci Madame

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?