SAINT-REMY-DE-PROVENCE (13) : cimetières

visité en août 2007
jeudi 31 juillet 2008
par  Philippe Landru

Les cimetières de Saint-Remy forment un vaste espace : il existe plusieurs nécropoles, séparées par des murs, dans lesquelles il est difficile de s’orienter. On ne s’attend pas à un si grand champ de repos dans une ville de cette taille. Il est vrai que beaucoup de vieux monuments sont toujours à leur place, les reprises ayant été limitées. Il est le prototype du cimetière provençal, avec ses sévères monuments de calcaire le plus souvent érodés.

Curiosités

-  La tombe d’Henry Magendie Murray (1803-1842), fils de Robert Murray, amiral de la marine anglaise.
-  Centrale, la tombe du médecin local Jules Pellissier (1810-1882), ornée d’un médaillon de Jean Barnabé Amy.
-  Quelques vierges, statues et médaillons :

Les célébrités : les incontournables…

-  Léon DAUDET
-  Joseph ROUMANILLE

… mais aussi

-  Pierre de BRUN (1874-1941) : receveur des Domaines, passionné de Géologie, de Paléontologie et d’Archéologie, il parcourut et fouilla de nombreuses régions comme les Alpilles, les Causses, la bordure cévenole et les chaînons provençaux. Seul, ou en compagnie d’autres chercheurs, il a peu à peu réuni une riche collection de fossiles. On lui doit également la conduite des fouilles de l’antique ville gréco-romaine de Glanum dans les Alpilles, entreprises en 1920, la description de nombreux objets archéologiques et la rédaction d’un guide de Glanum. Dans le but de faire connaître et protéger le patrimoine, il avait réussi à faire acheter et restaurer un vieil hôtel à Saint-Rémy, pour le rangement des collections paléontologiques préhistoriques et archéologiques, devenu le musée des Alpilles. Il repose dans un tombeau portant armoiries.

- le pilote automobile Olivier GENDEBIEN (1924-1998), pilote de Formule 1 entre 1956 et 1961 et figure de proue du sport automobile belge, qui fut quadruple vainqueur des 24 h. du Mans. Il repose dans cette commune dans laquelle il avait élu domicile.

-  L’architecte Joseph GIRARD (1803-1875).

-  Le sculpteur Claude GUILLAUME (1949-1986), qui repose sous l’une de ses œuvres.

-  Charles (1899-1966) et Marie (1896-1986) MAURON. Lui fut critique littéraire : après des études scientifiques à la faculté de Marseille, il devint assistant de chimie en 1921. Mais la détérioration de sa vue le contraignit à se retirer à la campagne et à se convertir à d’autres intérêts. Il s’intéressa d’abord à l’esthétique. Son excellente connaissance de l’anglais le conduisit à traduire de nombreux ouvrages (T. E. Lawrence, Virginia Woolf, D. H. Lawrence, K. Mansfield, Forster ou Fry). Il se lia à des auteurs anglo-saxons et il collabora à leurs revues. Il fut le créateur de la psychocritique, sa contribution principale à la littérature, fondée sur les découvertes de Freud et le postulat de l’existence d’un inconscient. Elle fut écrivaine et poète : institutrice aux Baux de Provence, elle écrivit, et envoya à ses célèbres amis (Virginia Wolf, Roger Fry, Forster) la chronique du village et c’est à ce moment que commença sa carrière littéraire. L’université de Cambridge publia en 1934 Mount Peacock, édité et traduit en français sous le titre « Mont Paon » en 1937. Elle fréquenta de nombreux artistes (Cocteau, Baltus, Aragon, Pablo Casals…) qui fréquentèrent sa demeure pour bénéficier de ses talents de conteuse. Son œuvre fut prolifique (elle reçut de nombreux prix) et on la surnomma « la Colette provençale ». Charles et Marie Mauron vécurent ensemble de 1919 à 1949.

-  Le musicologue Armand PANIGEL (1920-1995) : Homme de radio très connu des années 50 à 70, il créa et anima durant 37 ans, de 1946 à 1984, sur France Musique, l’émission phare La tribune des critiques de disques. Il fonda et dirigea de 1947 à 1964 la revue Disques, une revue de critiques de disques classiques. Parallèlement, l’UNESCO le chargea de répertorier, en vue de publier des catalogues, tous les enregistrements existant dans le monde de certains grands compositeurs, à commencer par Bach, Beethoven et Chopin. Il fut aussi, en 1946, le Vice-président fondateur de l’Académie Charles-Cros. Également passionné de cinéma, il travailla pour la télévision française, en tant que producteur, réalisateur et animateur de nombreux programmes : notamment Au cinéma ce soir qui présentait un film précédé d’un montage des actualités de l’époque de sa sortie, et L’Histoire du cinéma français par ceux qui l’ont fait, qui constitue aujourd’hui une mine considérable d’entretiens avec les plus grands réalisateurs français qui lui étaient contemporains. Préoccupé par la transmission au plus grand nombre de la mémoire des grandes interprétations du passé, il créa en 1985 à Saint-Rémy-de-Provence la Fondation Armand Panigel, mettant ainsi en partage 60 ans de ses collections privées : plus de 200 000 disques classiques, 40 000 films et 160 000 livres sur la musique et le cinéma. Il fut aussi l’auteur de plusieurs ouvrages de référence sur la musique et le cinéma.

-  Le sculpteur Helmut WIENHOLD (1929-1994).


Merci à Patrick de Graide pour la photo Gendebien.


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?