PRINTEMPS Yvonne (Yvonne Wigniolle-Dupé : 1894-1977)

Cimetière ancien de Neuilly-sur-Seine - 1ère division
dimanche 29 juin 2008
par Philippe Landru

Sa carrière débuta à 11 ans au music-hall des Folies Bergère dans des revues légères. Remarquée pour son intelligence, sa beauté et sa voix exceptionnelle, elle continua alors de surprendre par son talent au théâtre du Palais-Royal. Elle est alors la compagne de l’aviateur Georges Guynemer. Sacha Guitry lui fit débuter la comédie en 1916 aux Bouffes-Parisiennes dans sa pièce Jean de La Fontaine. Elle y interprèta le rôle de sa maîtresse. Fier de son actrice, il lui écrivit un rôle dans son premier film, Un roman d’amour et d’aventures, puis l’épousa (ils furent mariés de 1919 à 1931). Yvonne Printemps ne revint au cinéma qu’en 1934 avec La Dame aux camélias d’Abel Gance. Le film fut un énorme succès, et elle partagea la vedette avec Pierre Fresnay, qui devint son compagnon de 1934 à sa mort sans que jamais ils ne s’épousent. Jusqu’en 1951, elle participa à huit films aux côtés de son mari, dont Les Trois valses de Ludwig Berger et La Valse de Paris de Marcel Achard, qui lui permirent d’exercer ses talents de chanteuse d’opérette, dont elle devint l’une des figures incontournables. Elle abandonna le cinéma en 1951 avec son dernier film, Le Voyage en Amérique d’Abel Gance pour se consacrer à la scène. Elle devient alors codirectrice du théâtre de la Michodière, et le resta jusqu’à la fin de sa vie.

Sa voix unique de « vrai rossignol » aura marqué son époque et l’opérette. Archétype de la diva, son mauvais caractère, ses frasques, ses bijoux, ses chapeaux, ses petits chiens et ses toilettes alimentèrent la chronique.

Entourée d’un nombre incalculable d’amants, Yvonne Printemps vécut jusqu’à la fin avec Pierre Fresnay, qui subissait sans broncher les souffrances et les rebuffades qu’elle lui infligeait, lui qui n’était pas non plus un saint en matière de fidélité. Ils reposent ensemble désormais.


Retour vers le cimetière ancien de Neuilly


Commentaires

Logo de Mabouya92
vendredi 29 août 2008 à 20h17, par  Mabouya92

leur gouvenante Eleonore Schilling est au cimetière nouveau, sa tombe est quasi-abandonnée du fait de ne pas avoir eu d’enfant.

Site web : Pour ne pas oublier